publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > La ville > La Région emménage à la Confluence
Partager : 
Imprimer

45 000 m² pour 1400 agents

La Région emménage à la Confluence

Le titanesque chantier du nouvel Hôtel de région touche à sa fin. 200 des 1400 agents ont d’ores et déjà emménagé dans leurs nouveaux bureaux, les autres suivront d’ici le 20 juin. Ce bâtiment de 45 650 m², qui baigne dans la lumière naturelle grâce à une large verrière, se distingue par une architecture écologique et quelque peu déconstruite où les lignes verticales et horizontales sont rares. Des journées portes ouvertes sont prévues en juin, tandis que le bâtiment est d’ores et déjà ouvert au public.

Le projet était dans les cartons depuis 20 ans. Début 1990, le Conseil régional décide toutefois qu’il est urgent d’attendre et s’engage pour 15 années supplémentaires sur son site historique de Charbonnières-les-Bains. C’est l’ancêtre du Conseil régional, l’Établissement public régional qui s’y était installé en 1982. Vite à l’étroit, l’institution a multiplié les rajouts et locations pour se retrouver en 2011 éclatée sur 8 sites différents, entre Charbonnières et Ecully.

En avril 2005, le Conseil régional décide finalement de se doter d’un nouveau siège. 4 sites sont pressentis : la Buire (Lyon 3ème), le Carré de soie, la zone aéroportuaire de Saint-Exupéry et donc la Confluence à l’endroit d’une ancienne cité SNCF. Ce dernier tient la corde en raison de sa situation « près des lieux de décision et d’une gare », souligne le président régional Jean-Jack Queyranne. Un concours d’architecture européen est lancé en novembre 2005, attribué en septembre 2006 à l’unanimité à l’architecte parisien Christian de Portzamparc.

Depuis la pose de la première pierre en juillet 2008, 3 ans se seront écoulés, un délai serré, d’autant plus que le projet a dû faire face à quelques aléas, comme l’arrêt du chantier pendant 2 mois en 2010, en raison d’irrégularités constatées par l’Inspection du travail, sans parler des intempéries et inondations.

Malgré son aspect extérieur compact, le bâtiment se distingue à l’intérieur par son côté aéré et lumineux, avec un large patio surplombé par une verrière. Les espaces de travail encadrent cette cour intérieure. Tous les bureaux bénéficient ainsi de la lumière du jour. Au fond du patio se trouve la salle des délibérations. Ovale, elle offre actuellement 239 places : 210 pour les conseillers, 19 en tribune et 20 réservées à la presse. Une configuration amplement suffisante pour les 156 élus actuels. Or, avec la réforme territoriale, leur nombre risque de doubler. Une aberration selon Jean-Jack Queyranne. « Le parlement catalan compte 135 députés, celui du Land de Bade-Wurtemberg 138 et la région de Lombardie quelque 67 conseillers. Ce n’est qu’en France qu’on crève les plafonds », s’insurge le président. En resserrant les rangs, la salle peut toutefois accueillir les 299 conseillers territoriaux actuellement prévus. La nouvelle Assemblée sera inaugurée le 1er juillet.

Un bâtiment coûteux mais économe

Outre les 1100 m² de panneaux photovoltaïques, produisant 150 Kw/h, soit 7% de l’électricité consommée par le bâtiment, l’accent a été mis sur les économies d’énergie. Double vitrage, capteurs solaires thermiques, pompe à chaleur, récupération des eaux de pluie, ventilation double flux et plafonds rayonnants : tout ou presque a été fait pour consommer le moins possible. Grâce à ces installations, la Région compte économiser 500 000 euros par an sur la facture d’énergie.

Le terrain a coûté 7,6 millions d’euros et la bâtisse 147,1 millions. Déduction faite des économies espérées sur l’énergie, les loyers (3,5 millions d’euros par an) et du prix de revente de l’ancien siège, Jean-Jack Queyranne dit tabler sur un coût net pour le contribuable de 30 millions d’euros.

Une fois que les 1400 agents de la Région se seront installés, le nouveau siège sera déjà plein comme un œuf. Ainsi, la petite centaine d’agents des organismes extérieurs (Conseil économique et social, Comité régional de tourisme etc) ont été priés d’aller poser leurs valises ailleurs. Une réserve de construction a d’ores et déjà réservée par le Conseil régional sur l’emprise de l’ancien Marché gare voisin.

Reste le problème des parkings. Le nouveau bâtiment n’en contient que 435. Priorité sera donc donnée aux handicapés, femmes enceintes et personnes en covoiturage. « 70% des agents viendront en transport en commun », ose espérer Jean-Jack Queyranne, contre 30% à Charbonnières, particulièrement mal desservi.

Des journées portes ouvertes sont prévues les week-ends du 15 et du 22 juin prochains.

Toutes les photos sont sur www.facebook.com/lyoninfo

Photos : Michael Augustin

Publié le : mardi 24 mai 2011, par Michael Augustin

Réagir : 

Galerie photos (4 photos). Cliquez sur une image pour ouvrir le diaporama.



Commenter :


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Travaux de 2017 à 2019

Perrache : rénovation à minima du pôle d'échanges

Dans un contexte de restriction budgétaire, le projet de rénovation de la gare de Perrache et du centre (...)
La suite
Quartier Part-Dieu

Garibaldi : la deuxième phase est lancée

Le réaménagement, déjà réalisé entre les rues Vauban et Bouchut, sera poussé, d'ici fin 2017, jusqu'à la rue (...)
La suite
Rhône

Un livre invite à la découverte de Villeurbanne

Le livre « Villeurbanne à la page » est l'œuvre de Bernard Jadot (texte) et Laurence Fischer (photos), deux (...)
La suite
Une mutation en profondeur

Comment rendre la Part-Dieu « plus agréable à vivre »

« Il faut penser Lyon comme une ville de demain plus agréable à vivre » a martelé Gérard Collomb, au cours d'une (...)
La suite
Guide

Découverte insolite de Lyon

De nombreuses découvertes insolites sont répertoriées dans un nouveau guide, rédigé par deux journalistes (...)
La suite
Le compte à rebours a commencé

Part-Dieu : B10 doit disparaitre

Sa démolition est désormais sur les rails pour libérer le parvis de la gare de toute construction et de l'ouvrir (...)
La suite
Rhône-Alpes

TER : 40 nouvelles rames pour offrir plus de places

La Région Rhône-Alpes vient de recevoir la première rame à deux étages nouvelle génération. Elle offre 20% de places en (...)
La suite