publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > Economie > La reprise de Véninov, « un truc de fou »
Partager : 
Imprimer

Le tribunal de commerce a tranché

La reprise de Véninov, « un truc de fou »

Tel le Phénix, Véninov pourrait sous peu renaître de ses cendres. Le tribunal de commerce de Nanterre a en effet validé la reprise de la société vénissiane par l’autrichien Windhager Garden. Le redémarrage de l’activité est prévu pour la rentrée, 40 à 50 personnes seront réembauchées, sur les 87 que l’entreprise comptait avant sa liquidation.

Leurs dix mois de combat ont été payants. Depuis le 21 juillet 2011, jour de la liquidation de l’entreprise Véninov, les salariés n’ont jamais lâché. Une trentaine de personnes ont occupé le site pour éviter que les machines ne partent.

140 ans d’histoire

Créée en 1874, sous le nom des Établissements Maréchal, la société s’est successivement appelée Vénilia, puis Véninov. Leader européen de la toile plastifiée, elle a mis au point la toile cirée à l’huile de lin, les premières feuilles PVC calandrées et l’adhésif. L’entreprise qui à son apogée employait 1300 personnes, a connu deux plans sociaux en 2001 et 2004.

Rachetée en mai 2009 par la holding allemande Eilich, elle a été fusionnée avec l’entreprise Alkor. L’ensemble comptait avant sa liquidation 554 salariés et trois usines : Véninov à Vénissieux (toile cirée), H.A. Intériors à Cramington en Angleterre (stickers) et Boekelo Folien à Boekelo en Hollande (adhésifs).

Véninov en chute libre

Or, les affaires allaient de mal en pis. Pour faire face à un manque de trésorerie, le groupe a contracté fin décembre 2010 un prêt de 9,7 millions d’euros auprès du fonds de pension américain Gordon Brothers. Celui-ci a demandé de nombreuses garanties, dont le site vénissian avec ses bâtiments et machines.

A la liquidation d’Alkor-Vénilia, Gordon Brothers réclame son dû. Une revendication qui fait bondir les salariés qui voient alors tout espoir de reprise de leur société s’envoler. Ils ne sont pas les seuls. Le préfet du Rhône, fortement investi dans le dossier, qualifie le prêt de « léonin », accordé dans des conditions « mafieuses ». La résistance des salariés s’organise, les tables rondes à la préfecture se succèdent. « C’était une chance pour nous de nous trouver à Vénissieux », note Bernard Dhennin, délégué CFDT. « Ailleurs des usines ferment parfois dans l’indifférence générale. »

Pas à Vénissieux où la maire de la ville Michèle Picard et le député André Gerin prennent le dossier à bras le corps. Et savourent aujourd’hui leur succès. « C’est une victoire pour les petites gens. Elle en appelle d’autres », se réjouit le député. « Un truc de fou ! »

Sauvés !

Le 4 mai, le tribunal de commerce de Nanterre accepte l’offre de reprise et salue « un véritable projet d’entreprise » présenté par le repreneur autrichien, « impliquant sur le dernier semestre 2012 et les trois années suivantes un investissement de plus de 20,4 millions d’euros ». Sans toutefois trancher la question de la propriété des lieux. Les 2 millions d’euros versés par Windhager Garden restent ainsi la propriété du liquidateur, « jusqu’au dénouement du litige » entre Gordon Brothers et l’État.

« On a réussi à faire plier un fonds de pension ! », s’écrie le délégué CGT Stéphane Navarro. Reste à savoir qui sera réintégré et qui restera sur le carreau. Du moins dans un premier temps, car le nouveau propriétaire vise un effectif de 80 personnes à fin 2015. Pour Stéphane Navarro, la prime devrait revenir aux « 20 à 30 ex-Véninov qui se sont battus et n’ont pas lâché depuis la liquidation judiciaire en juillet dernier ». « C’est encore trop tôt pour le dire », rétorque son collègue de la CFDT.

En attendant, une bâche noire accrochée dans l’usine, rappelle les jours difficiles que les salariés viennent de traverser. « Véninov vivra. On ne lâchera pas », peut-on y lire.

Photo : © Michael Augustin

Publié le : jeudi 10 mai 2012, par Michael Augustin

Réagir : 

 


Commenter :


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sixième magasin français de l'enseigne

L'ouverture de Primark à la Part-Dieu approche

Après Marseille, la région parisienne (3 magasins) et Dijon, le hard-discounter irlandais du prêt-à-porter (...)
La suite
Ville intelligente

Part-Dieu : un lieu pour tester les applications de demain

Bornes interactives TCL, outil de cartographie 3D ou appli météo collaborative : toutes ces applications peuvent (...)
La suite
Une initiative « qui va décoiffer »

Les CCI de Lyon, Saint-Étienne et Roanne veulent fusionner

Trois des cinq chambres de commerce et d'industrie (CCI) de l'aire métropolitaine lyonnaise ont décidé de (...)
La suite
L'opposition s'insurge

Métro : le ticket désormais plus cher à Lyon qu'à Paris

Le Sytral n'y est pas allé de main morte. Le syndicat mixte qui gère les transports en commun lyonnais a voté (...)
La suite
Rallye des entrepreneurs

Un marathon sportif pour les entrepreneurs lyonnais

Douze épreuves comme les douze travaux d'Hercule sont au programme du premier Rallye des entrepreneurs organisé (...)
La suite
Une arme contre les délocalisations

Rhône-Alpes investit 3,2 millions dans les robots

La France ne compte que 33 600 robots dans ses usines, contre 62 000 en Italie et 162 000 en Allemagne. Plusieurs (...)
La suite
Des impôts en hausse

Le Grand Lyon devra diviser ses investissements par deux

« Le ciel est bleu mais il faut s'attendre à de très gros nuages. » C'est ainsi que Richard Brumm a résumé la (...)
La suite