publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > Société > Le cas Gerson au Tribunal
Partager : 
Imprimer

Antennes-relais

Le cas Gerson au Tribunal

« Le premier dont le téléphone sonne, sort de la salle », prévient le président du Tribunal de Grande Instance (TGI), en ouvrant le procès qui oppose 17 parents d’élèves et l’association Respem (Rassemblement pour des écoles sans pollution électro-magnétique) à Bouygues Télécom. En cause, des antennes appartenant à l’opérateur, et qui arrosent la cour de récré de cette école primaire du 5ème arrondissement.

La salle N du TGI, bondée, a pu assister à un changement de tactique de l’opérateur. Conscient que les Tribunaux de Grande Instance, compétents pour les affaires entre personnes privées, sont de plus en plus enclins à ordonner le démontage des antennes, Bouygues Télécom souhaite désormais porter ces affaires devant les Tribunaux administratifs, qui n’interviennent que si l’État est partie prenante, avec cet argument : les antennes seraient des ouvrages publics, qui occupent l’espace public, et engageraient donc l’État.

Sur le fond, les deux heures de débat n’auront pas fait émerger de nouveaux arguments. D’après l’opérateur, il serait scientifiquement prouvé que les antennes sont sans danger pour la santé, alors que les parents estiment qu’aucune certitude n’a encore pu être établie, et qu’il convient donc d’appliquer le principe de précaution.

Franck Heurtrey, qui défend les parents, a surtout fait valoir les particularités du cas Gerson, en insistant sur le proximité de l’antenne (30m), située presque au même niveau que la cour de récré, installée sur le toit de l’école (photo).

Des mesures y ont établi une exposition jusqu’à 4 V/m, dont la moitié provient cependant de l’émetteur télé de Fourvière. L’avocat de Bouygues Télécom a saisi ce point, en affirmant que les ondes électro-magnétiques existent depuis 50 ans et n’ont jamais fait de mal à personne. Faux, rétorquent les parents, car les ondes utilisées par la télé et la radio ne sont pas les mêmes que celles de la téléphonie mobile.

Interrogé à l’issue de l’audience, Franck Heurtrey s’est montré confiant : « ce cas est particulier, car il s’agit d’une école », souligne-t-il. Et de pointer les nombreuses recommandations politiques de ne pas implanter d’antennes à moins de 100m d’un établissement scolaire.

Jugement, le 15 septembre.

Photo : Respem

Publié le : mardi 23 juin 2009, par Michael Augustin

Réagir : 

 


Commenter :


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Maladies rares

Meyzieu : elle pleure des larmes de sang, le calvaire d'une ado

« Je ne voyais plus rien. Autour de moi, tout le monde criait ! ». Un jour d'octobre 2015, la vie d'Anissa (...)
La suite
Hommages spontanés aux victimes

Lyon en deuil

Des centaines de Lyonnais sont descendus dans la rue, pour rendre hommage aux quelque 130 morts et 350 blessés dans (...)
La suite
Des lunettes spéciales nécessaires

Éclipse solaire : attention aux yeux !

Ce vendredi 20 mars, une éclipse partielle du soleil sera visible en France. Les autorités mettent en garde contre « (...)
La suite
#noussommescharlie

Manifestation historique à Lyon pour la liberté d'expression

C'était la plus importante manifestation que Lyon n'ait jamais vue. Au moins 300 000 personnes, selon la (...)
La suite
Face à l'horreur

Charlie Hebdo : recueillement et indignation à Lyon

Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées mercredi soir place des Terreaux à l'appel du Club de la (...)
La suite
Fêtes

Est-ce que le Père Noël existe ?

En 1897, la petite Virginia, une New-Yorkaise de 8 ans voulait en avoir le cœur net. Alors, elle a écrit au journal (...)
La suite
Bilan 2013

Pauvreté : le Secours catholique lance un appel au président

« Les personnes faisant appel au Secours catholique du Rhône sont de plus en plus nombreuses et de plus en plus (...)
La suite