publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > Société > Le procès de l’« autoréduction » s’est autodissout
Partager : 
Imprimer

Tribunal correctionnel

Le procès de l’« autoréduction » s’est autodissout

« 2007, c’est presque l’archéologie judiciaire. » Le président du tribunal correctionnel de Lyon lève les yeux au ciel. Devant lui, cinq jeunes gens. Quatre anciens étudiants de Lyon 2 et un ex-journaliste de Radio Canut, soupçonnés d’avoir pillé un supermarché un soir de grève. Ils comparaissent pour vol en réunion avec violence. Deux heures plus tard, ils repartent avec les excuses du président, au nom de l’institution. Récit d’une audience épique.

Le 28 novembre, en plein mouvement de protestation contre la controversée loi relative aux libertés et responsabilités des universités (LRU), le campus de Bron est occupé. Pour ravitailler les grévistes, plusieurs dizaines d’étudiants (entre 40 et 100 selon les témoignages) investissent vers 18h45 le magasin Leader Price de Bron. Mégaphone à la main, ils proclament une opération « autoréduction ». « Servez-vous, tout est gratuit ! », décrète le mégaphone, tandis que les autres remplissent les caddies. Combien de caddies ? Deux, trois, cinq, les témoignages divergent.

D’autres remplissent des sacs à dos. Des légumes, des viennoiseries, du foie gras et des bouteilles d’alcool, mais aussi du chocolat et des bonbons, se rappelle un magasinier. Le directeur et le vigile tentent bien de s’interposer mais ils ne font pas le poids. Les étudiants repartent avec leur butin et rejoignent leurs copains sur le campus.

Alertée par le directeur du magasin, la police arrive en force. Des dizaines de CRS et gendarmes, appuyés par un hélicoptère, selon les étudiants. « C’était impressionnant », se rappelle l’un des prévenus. Les forces de l’ordre investissent l’amphithéâtre. « Du jamais vu », s’étrangle Me Olivier Forray, l’un des avocats. Les policiers font sortir les 77 étudiants un par un pour identification.

En pleine nuit, à l’extérieur, « dans la lumière blafarde du projecteur d’une voiture de police », selon les termes de Me Forray, le directeur du Leader Price devra identifier ceux qui ont dévalisé son magasin. Il dit reconnaître « formellement » 13 d’entre eux. Après 48 heures de garde à vue, quelques mois de contrôle judiciaire et 4 ans de procédure, 8 étudiants ont été mis hors cause.

Ce lundi 26 mars, ils ne sont alors plus que 5 à comparaître devant le tribunal correctionnel. Pierre-Antoine, Boris, Olivier, Johan et Yannis. Ils jurent tous la main sur le cœur qu’ils n’y étaient pas, ou s’ils y étaient ils sont partis avant que cela ne dégénère. Le journaliste y était, mais pour faire des interviews qu’il a malencontreusement effacées, Pierre-Antoine et Boris ont été vus en même temps à d’autres endroits. Des alibis vérifiés 6 mois plus tard.

Si les explications ne volent pas très haut, le dossier d’instruction, lui, rase les pâquerettes. Témoignages vagues, instruction bâclée, absence de confrontation, auditions prises dans la précipitation, éléments insuffisants, pas de constitution de partie civile… ce n’est pas la défense qui parle mais le procureur. Il suggère 4 relaxes et une condamnation symbolique, avec dispense de peine et sans inscription au casier judiciaire.

La défense n’a alors plus grand-chose à faire et le juge prononcera 5 relaxes, assorties d’excuses « au nom de l’institution », avant de souhaiter aux prévenus « la pleine réussite dans vos projets professionnels et personnels. »

Pourquoi fallait-il 4 ans pour en arriver là ? « Le service public de la justice est dans un état déplorable en France », répond Me Bertrand Sayn, l’autre avocat des accusés.

Photo : © Michael Augustin

Publié le : lundi 26 mars 2012, par Michael Augustin

Réagir : 

 


Commenter :


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Maladies rares

Meyzieu : elle pleure des larmes de sang, le calvaire d'une ado

« Je ne voyais plus rien. Autour de moi, tout le monde criait ! ». Un jour d'octobre 2015, la vie d'Anissa (...)
La suite
Hommages spontanés aux victimes

Lyon en deuil

Des centaines de Lyonnais sont descendus dans la rue, pour rendre hommage aux quelque 130 morts et 350 blessés dans (...)
La suite
Des lunettes spéciales nécessaires

Éclipse solaire : attention aux yeux !

Ce vendredi 20 mars, une éclipse partielle du soleil sera visible en France. Les autorités mettent en garde contre « (...)
La suite
#noussommescharlie

Manifestation historique à Lyon pour la liberté d'expression

C'était la plus importante manifestation que Lyon n'ait jamais vue. Au moins 300 000 personnes, selon la (...)
La suite
Face à l'horreur

Charlie Hebdo : recueillement et indignation à Lyon

Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées mercredi soir place des Terreaux à l'appel du Club de la (...)
La suite
Fêtes

Est-ce que le Père Noël existe ?

En 1897, la petite Virginia, une New-Yorkaise de 8 ans voulait en avoir le cœur net. Alors, elle a écrit au journal (...)
La suite
Bilan 2013

Pauvreté : le Secours catholique lance un appel au président

« Les personnes faisant appel au Secours catholique du Rhône sont de plus en plus nombreuses et de plus en plus (...)
La suite