publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > Société > Les Berges surveillées par le fleuve
Partager : 
Imprimer

Deux bateaux de police en patrouille

Les Berges surveillées par le fleuve

La police nationale expérimentera un nouveau dispositif pour venir à bout des nuisances générées par les noctambules sur les Berges du Rhône. Rendu aux piétons en 2007, le parc des Berges est devenu le point de ralliement des fêtards lyonnais, au grand dam des riverains. Jusqu’au 15 septembre deux bateaux de la police (vitesse de pointe 50 km/h) se relayeront sur le Rhône, mais également sur la Saône, pour appuyer les patrouilles au sol.

Tous les vendredi et samedi soirs, de 22h à 2h du matin, un bateau de la police naviguera entre les Terreaux et la Confluence sur la Saône, puis jusqu’à l’Opéra sur le Rhône. Un trajet d’une trentaine de minutes. « On s’adapte en fonction des populations sur les rives », précise le capitaine Benoît Chevrant-Breton. « Notre mission est de faire respecter l’ordre public et de lutter contre les rixes et le tapage nocturne », poursuit l’officier. « Si les policiers sur le bateau voient un mouvement de foule, ils peuvent renseigner les équipes au sol. » Les patrouilles au sol, qui peuvent comprendre jusqu’à 50 policiers, n’interviennent toutefois que ponctuellement sur les Berges. Trop rarement de l’avis de nombre de riverains.

En plus du bruit, l’activité nocturne peut également provoquer des noyades. « Le nombre d’interventions de secours pour des personnes tombées à l’eau augmente notamment lors des soirées de fin de semaine », note la préfecture. Une centaine de cas sont relevés chaque été : ivrognes, désespérés, baigneurs du soir ou bagarres qui dégénèrent. Pour les secourir, les pompiers disposent de 6 bateaux (11 m de long, 115 ch, 50 km/h) repartis sur le Rhône et la Saône.

Toutefois, en cas d’urgence, ce sont d’abord les pompiers de la caserne la plus proche qui interviennent. Équipés de palmes, ils essaient de porter secours à partir de la rive. En même temps, un bateau se rend sur le lieux pour prendre en charge le naufragé, si nécessaire. Les pompiers disposent de 160 sauveteurs de surface, en plus de 45 plongeurs. « Nous essayons de secourir la personne avant qu’elle ne coule », explique le colonel Serge Delaigue, directeur du SDIS. S’il faut plonger, c’est qu’il est généralement trop tard.

Photo : © Michael Augustin

Publié le : lundi 4 juillet 2011, par Michael Augustin

Réagir : 

 


Commenter :


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Maladies rares

Meyzieu : elle pleure des larmes de sang, le calvaire d'une ado

« Je ne voyais plus rien. Autour de moi, tout le monde criait ! ». Un jour d'octobre 2015, la vie d'Anissa (...)
La suite
Hommages spontanés aux victimes

Lyon en deuil

Des centaines de Lyonnais sont descendus dans la rue, pour rendre hommage aux quelque 130 morts et 350 blessés dans (...)
La suite
Des lunettes spéciales nécessaires

Éclipse solaire : attention aux yeux !

Ce vendredi 20 mars, une éclipse partielle du soleil sera visible en France. Les autorités mettent en garde contre « (...)
La suite
#noussommescharlie

Manifestation historique à Lyon pour la liberté d'expression

C'était la plus importante manifestation que Lyon n'ait jamais vue. Au moins 300 000 personnes, selon la (...)
La suite
Face à l'horreur

Charlie Hebdo : recueillement et indignation à Lyon

Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées mercredi soir place des Terreaux à l'appel du Club de la (...)
La suite
Fêtes

Est-ce que le Père Noël existe ?

En 1897, la petite Virginia, une New-Yorkaise de 8 ans voulait en avoir le cœur net. Alors, elle a écrit au journal (...)
La suite
Bilan 2013

Pauvreté : le Secours catholique lance un appel au président

« Les personnes faisant appel au Secours catholique du Rhône sont de plus en plus nombreuses et de plus en plus (...)
La suite