publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > Ecologie > Les retenues collinaires font des vagues
Partager : 
Imprimer

Protocole signé

Les retenues collinaires font des vagues

L’heure était à l’apaisement pour le préfét lors de la signature du protocole de retenues d’eau à usage agricole dans la région.« Chacun ravale ses leitmotivs venus d’autre temps et écoute ses voisins », déclarait Jean-François Carenco mardi soir à la préfecture. Les ouvrages en question, rempli principalement d’eau de surface et de ruissellement, sont en constante augmentation. Problème, ils perturbent la faune et la flore en baissant le niveau des débits d’eau.

La bataille ne semble donc pas terminée entre, d’un coté, le préfet, la Chambre d’Agriculture de Rhône-Alpes, l’Agence de l’Eau, et l’Union Régionale des Fédérations de Pêcheurs. Et de l’autre, la Fédération Rhône-Alpes de protection de la nature (Frapna).

Prémices de cet affrontement, un recours en référé de la part de la Frapna, visant à suspendre l’exécution de l’autorisation préfectorale sur la création d’une retenue collinaire à Bessenay, dans les Monts du Lyonnais. En juin 2011, le préfet et d’autres structures concernées avaient signées un accord sur la création de ces bassins afin de favoriser l’agriculture sur ces sols rocheux absorbant peu la pluie. Le tribunal administratif de Lyon a confirmé l’arrêté du préfet du Rhône en janvier 2012. Jean-François Carenco enfonçait le clou mardi : « il faut que les agriculteurs restent sur les monts du lyonnais et dans la Loire ».

La Frapna a préféré ne pas signer ce protocole et être un simple « témoin » . « Une de nos craintes est que la signature de ce protocole soit agitée devant les tribunaux », explique Jacques Pulou, du Comité de bassin Rhône-Méditerranée de la Frapna. « Même si ce protocole marque une avancée, ce plan est plus un faisceau de bonnes intentions, sans réel encadrement. Nous ne voudrions pas faire croire aux agriculteurs qu’ils peuvent faire des rétentions de partout. »

L’agriculture irriguée est en effet un enjeu de taille en Rhône-Alpes. Elle y représente 10% de la surface agricole, soit 141 300 hectares. Et cela risque de continuer, à en croire Jean-François Carenco, prédisant « une extension de la zone de climat méditerranéen sur une grande partie de la région ».

Le changement de gouvernement pourrait donner un avantage à la Frapna. La ministre de l’agriculture Delphine Batho envisage d’abandonner deux projets de décrets annoncés par Bruno Le Maire et Nicolas Sarkozy, visant à construire des retenues collinaires sans enquête publique. Elle devrait pour cela engager des concertations avec le ministre de l’agriculture Stéphane Le Foll, les agriculteurs et les associations de protection de la nature « pour tout remettre à plat ».

Photo : © Bruno Poncet

Publié le : vendredi 20 juillet 2012, par Bruno Poncet

Réagir : 

 


Commenter :


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Fanny, décrocheuse de portrait de Macron

« Je veux pouvoir dire à mes nièces que je me suis battue pour elles »

A l'occasion du procès de deux militants écologistes, poursuivis pour avoir décroché le portrait d'Emmanuel (...)
La suite
Action « Décrochons Macron »

Place Guichard : journée engagée et festive pour le climat

Conférences, témoignages, concerts gratuits, une journée de mobilisation pour le climat se tiendra lundi 2 septembre (...)
La suite
Pisseurs volontaires

Glyphosate dans l'urine : une plainte contre fabricants, élus et agences sanitaires

Après avoir découvert du glyphosate dans leurs urines, quatre-vingt-neuf personnes ont porté plainte au Tribunal de (...)
La suite
Rapport Greenpeace

Les écoles lyonnaises baignent dans la pollution

Après Paris, Marseille et Strasbourg, Greenpeace s'est penchée sur la situation entre Saône et Rhône. Et le (...)
La suite
Pollution de l'air

Climat : David Kimelfeld ou le fantasme de l'infirmière

Année après année, la quasi-totalité de la population métropolitaine est exposée à une pollution aux particules fines, (...)
La suite
Main rouge au Grand Lyon

« La Métropole ne fait pas assez pour le climat ! »

Samedi 13 octobre, ils étaient à nouveau 15 000 selon les organisateurs et 10 000 selon la police, 120 000 dans 86 (...)
La suite
Climat

Une nouvelle marche pour que « les promesses soient tenues »

Ils entendent « mettre la pression sur les politiques », explique le vidéaste Usul, auteur d'un clip qui appelle à (...)
La suite