publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > Société > Les travailleurs du sexe inquiets pour leur avenir
Partager : 
Imprimer

Manifestation

Les travailleurs du sexe inquiets pour leur avenir

La marche annuelle pour le droit des travailleurs et travailleuses du sexe se déroulait pour la première fois à Lyon. Depuis 5 ans, cette manifestation vise à dénoncer la loi de 2003 qui pénalise le racolage passif. A l’appel du collectif Droits et prostitution, 130 prostituées, selon la police, sont parties de la place des Terreaux pour rejoindre le parvis de l’église Saint Nizier.

« Être prostitué, c’est mon droit, personne ne m’en empêchera ! ». Sur la le Quai Jean Moulin, les slogans et les pancartes sont explicites. « Nous voulons protester contre la répression », résume Leïla*, travailleuse du sexe.

La pénalisation du racolage passif est sur toutes les lèvres. « Que faire ? », demande Florence Garcia, directrice de Cabiria, une association de défense des prostituées. « Quand les filles travaillent dans une camionnette, elles reçoivent une amende et quand elles prennent un appartement, le propriétaire est arrêté pour proxénétisme ». La réouverture éventuelle des maisons closes ne semble pas être la panacée non plus. « Les filles qui refusent les pratiques du client sont mises à la porte », déplore Florence Garcia. Autre sujet de mécontentement, la probable pénalisation du client.

La situation ne date pourtant pas d’hier, explique Florence Garcia. « Depuis la loi de 2003, les conditions de travail se sont détériorées pour les travailleurs du sexe, avec des arrêtés municipaux interdisant la prostitution et le stationnement des camionnettes. Désormais, ils doivent se cacher et sont exposés à des risques énormes ». « Collomb a une politique trop répressive. Cela risque d’emmener des violences de la part du client », s’inquiète Claudette, prostituée venue de Suisse.

Pour sortir de ce « mépris », le collectif Droits et prostitution, le STRASS et l’association Cabiria organisaient vendredi dernier des assises de la prostitution. Au menu, des sujets comme l’accès au logement, ou l’exercice du travail sur internet. « Nous menons une réflexion en vue des prochaines élections pour être d’avantage reconnus par la loi », conclut Claudette.

* : prénom d’emprunt

Lire aussi :

- Assises de la prostitution : « Nous ne sommes pas des inadaptés sociaux »
- « La prostitution est un métier »

Photos © : Bruno Poncet

Publié le : dimanche 20 mars 2011, par Bruno Poncet

Réagir : 

Galerie photos (4 photos). Cliquez sur une image pour ouvrir le diaporama.



Commenter :


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Maladies rares

Meyzieu : elle pleure des larmes de sang, le calvaire d'une ado

« Je ne voyais plus rien. Autour de moi, tout le monde criait ! ». Un jour d'octobre 2015, la vie d'Anissa (...)
La suite
Hommages spontanés aux victimes

Lyon en deuil

Des centaines de Lyonnais sont descendus dans la rue, pour rendre hommage aux quelque 130 morts et 350 blessés dans (...)
La suite
Des lunettes spéciales nécessaires

Éclipse solaire : attention aux yeux !

Ce vendredi 20 mars, une éclipse partielle du soleil sera visible en France. Les autorités mettent en garde contre « (...)
La suite
#noussommescharlie

Manifestation historique à Lyon pour la liberté d'expression

C'était la plus importante manifestation que Lyon n'ait jamais vue. Au moins 300 000 personnes, selon la (...)
La suite
Face à l'horreur

Charlie Hebdo : recueillement et indignation à Lyon

Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées mercredi soir place des Terreaux à l'appel du Club de la (...)
La suite
Fêtes

Est-ce que le Père Noël existe ?

En 1897, la petite Virginia, une New-Yorkaise de 8 ans voulait en avoir le cœur net. Alors, elle a écrit au journal (...)
La suite
Bilan 2013

Pauvreté : le Secours catholique lance un appel au président

« Les personnes faisant appel au Secours catholique du Rhône sont de plus en plus nombreuses et de plus en plus (...)
La suite