publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > Société > « Nous ne sommes pas des inadaptés sociaux »
Partager : 
Imprimer

Assises de la prostitution

« Nous ne sommes pas des inadaptés sociaux »

Pénalisation des clients, précarisation du métier, violences, risques liés aux IST, etc. Vendredi dernier, les assises de la prostitution tentaient d’apporter une réponse aux multiples menaces qui pèsent sur cette profession. Plus que tout, le cri du cœur des différents intervenants se résumait à : « nous n’en pouvons plus d’être réduis au statut de victimes, nous sommes des travailleurs comme les autres. »

Réunis autour du STRASS (Syndicat du TRAvail Sexuel) et de l’association Cabiria, cette cinquième édition des assises de la prostitution abordait une grande variété de thèmes liés au métier. Si la vocation de cette réunion est d’être une force de proposition face aux politiques, elle s’avère aussi une manière d’échange entre travailleurs du sexe. Une façon de rompre l’isolement et de développer la solidarité entre prostitués. Une majorité de femmes, mais également des hommes, écoutaient donc attentivement les conclusions des ateliers.

Sur la prévention des maladies, tous les participants s’accordaient à dire que les prostitués restaient les meilleurs acteurs en matière de sensibilisation des clients. De manière plus générale, les assises ont conclu que les mieux placés pour former les policiers et les travailleurs sociaux en matière de prostitution étaient les travailleurs du sexe eux-mêmes. « On intervient dans la sexualité entre adultes consentants. Nous ne sommes pas des inadaptés sociaux », s’étrangle l’un des porte-parole du STRASS.

Mais ce qui inquiète le plus les participants, ce sont les conclusions de la mission parlementaire, à paraître sous peu. Tout indique que la tendance ira vers la pénalisation des clients considérés comme « prostitueurs ». Malika Maoudi du collectif Droit & Prostitution s’alarme : « on est dans une politique de l’absurde, les politiques prennent pour modèle la Suède, mais ils passent sous silence la précarisation des prostituées qui a suivi la répression des clients. »

L’autre solution, redoutée, qui pourrait sortir du rapport parlementaire, c’est la réouverture des maisons closes. « On veut nous parquer, nous faire disparaître des rues et nous mettre à la merci des directeurs de ces maisons qui pourront nous imposer des horaires et des pratiques à risque », s’emporte Karen, prostituée à Gerland « indépendante et fière de l’être ». Plus que tout, elle redoute une dérive à l’espagnole, où dit-elle « les filles deviennent des bouts de viande, elles portent des numéros. Je suis prostituée, j’en ai vu d’autres mais ce genre de chose me fait vomir. »

Lire aussi :

- Les travailleurs du sexe inquiets pour leur avenir
- « La prostitution est un métier »

Photo : © Eve Renaudin

Publié le : mardi 22 mars 2011, par Eve Renaudin

Réagir : 

 


1 commentaire pour cet article


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Maladies rares

Meyzieu : elle pleure des larmes de sang, le calvaire d'une ado

« Je ne voyais plus rien. Autour de moi, tout le monde criait ! ». Un jour d'octobre 2015, la vie d'Anissa (...)
La suite
Hommages spontanés aux victimes

Lyon en deuil

Des centaines de Lyonnais sont descendus dans la rue, pour rendre hommage aux quelque 130 morts et 350 blessés dans (...)
La suite
Des lunettes spéciales nécessaires

Éclipse solaire : attention aux yeux !

Ce vendredi 20 mars, une éclipse partielle du soleil sera visible en France. Les autorités mettent en garde contre « (...)
La suite
#noussommescharlie

Manifestation historique à Lyon pour la liberté d'expression

C'était la plus importante manifestation que Lyon n'ait jamais vue. Au moins 300 000 personnes, selon la (...)
La suite
Face à l'horreur

Charlie Hebdo : recueillement et indignation à Lyon

Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées mercredi soir place des Terreaux à l'appel du Club de la (...)
La suite
Fêtes

Est-ce que le Père Noël existe ?

En 1897, la petite Virginia, une New-Yorkaise de 8 ans voulait en avoir le cœur net. Alors, elle a écrit au journal (...)
La suite
Bilan 2013

Pauvreté : le Secours catholique lance un appel au président

« Les personnes faisant appel au Secours catholique du Rhône sont de plus en plus nombreuses et de plus en plus (...)
La suite