publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > Société > Ordures : les syndicats demandent un médiateur
Partager : 
Imprimer

10ème jour de grève

Ordures : les syndicats demandent un médiateur

Coup de théâtre devant le tribunal de grande instance de Lyon. Les sept responsables syndicaux assignés par le Grand Lyon pour entrave à la liberté de travail, ont profité de l’occasion pour demander la désignation d’un médiateur. Ils ont estimé, par la voix de leurs avocats, que « la place d’une organisation syndicale est autour d’une table de négociation, pas devant un tribunal ».

Après s’être désisté lundi, le Grand Lyon est allé au bout de sa démarche mercredi. Il estime que les syndicats n’ont pas tenu leur promesse de laisser travailler les non grévistes. « Les agents n’ont soit pas pu monter dans leur camion, soit ont dû en descendre, soit les camions n’ont pas pu sortir » s’est étranglé Me Jean-Bernard Prouvez, l’avocat du Grand Lyon.

La raison : une lecture stricte faite par les syndicats de leur promesse « qu’aucun obstacle matériel ne s’oppose à la liberté du travail ». Ce sont donc les grévistes eux-mêmes qui ont empêché les camions de sortir.

« On devrait faire grève sans gêner personne », a ironisé Me Stéphanie Le Devendec, l’avocate de Force ouvrière « Ça n’existe qu’au pays des bisounours. » Elle a fustigé « une grève sans négociation », soulignant la « frustration » des syndicats, en raison de l’« absence de dialogue social ».

La décision de redéfinir les territoires attribués aux entreprises privées, à l’origine de la grève, a été prise par le Grand Lyon « sans aucune forme de concertation préalable », s’est écrié Me François Dumoulin, qui défendait, lui, deux délégués CGT.

L’avocat a qualifié de « provocation » le recours par le Grand Lyon à des intérimaires, criant aux « briseurs de grève ». La communauté urbaine, elle, assure qu’il s’agit simplement de remplacer des agents malades, dont le nombre serait en hausse depuis le début du mouvement.

Me Dumoulin a dénoncé une attitude de Gérard Collomb qui consisterait à dire : « Je suis le plus fort, vous finirez bien par craquer. » Ajoutant qu’« au pays de guignol on peut résoudre des conflits autrement qu’à coups de bâton », proposant « de se rencontrer, de discuter ». Avec ses collègues, l’avocat de la CGT a demandé la désignation par le tribunal d’un médiateur. « L’organisation que je représente souhaite reprendre les négociations le plus vite possible », a-t-il argumenté.

Citant Isaac Newton, le président du tribunal leur a lancé en guise de conclusion : « Les hommes construisent trop de murs et pas assez de ponts. » La décision a été mise en délibéré à jeudi 16h30.

Photo : © Michael Augustin

Publié le : mercredi 21 mars 2012, par Michael Augustin

Réagir : 

 


Commenter :


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Maladies rares

Meyzieu : elle pleure des larmes de sang, le calvaire d'une ado

« Je ne voyais plus rien. Autour de moi, tout le monde criait ! ». Un jour d'octobre 2015, la vie d'Anissa (...)
La suite
Hommages spontanés aux victimes

Lyon en deuil

Des centaines de Lyonnais sont descendus dans la rue, pour rendre hommage aux quelque 130 morts et 350 blessés dans (...)
La suite
Des lunettes spéciales nécessaires

Éclipse solaire : attention aux yeux !

Ce vendredi 20 mars, une éclipse partielle du soleil sera visible en France. Les autorités mettent en garde contre « (...)
La suite
#noussommescharlie

Manifestation historique à Lyon pour la liberté d'expression

C'était la plus importante manifestation que Lyon n'ait jamais vue. Au moins 300 000 personnes, selon la (...)
La suite
Face à l'horreur

Charlie Hebdo : recueillement et indignation à Lyon

Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées mercredi soir place des Terreaux à l'appel du Club de la (...)
La suite
Fêtes

Est-ce que le Père Noël existe ?

En 1897, la petite Virginia, une New-Yorkaise de 8 ans voulait en avoir le cœur net. Alors, elle a écrit au journal (...)
La suite
Bilan 2013

Pauvreté : le Secours catholique lance un appel au président

« Les personnes faisant appel au Secours catholique du Rhône sont de plus en plus nombreuses et de plus en plus (...)
La suite