publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > Société > Une exposition sur la misère des Roms
Partager : 
Imprimer

Immigration

Une exposition sur la misère des Roms

101 photos comme autant de regards posés sur ce peuple méconnu que sont les Roms. Bruno Amsellem, photographe lyonnais a suivi pour le Monde plusieurs familles, de Lyon en Roumanie. Ses clichés témoignent de la misère de ce peuple, bienvenu nulle part, méprisé ici comme là-bas. Une exposition qui montre que derrière les chiffres, il y a des êtres humains, dont beaucoup d’enfants, ballotés sans cesse entre deux mondes.

Ils s’appellent Darius, Laura, Fabian, Lena Jeanna, Fabiana. Ils ont 7, 3, 6 ans, parfois que quelques mois. Leur chez eux n’est nulle part. Avec leurs parents, ils ont fui la misère de leurs villages en Roumanie, pour trouver celle des squats et bidonvilles de la région lyonnaise. La plupart de ceux installés ici, viennent du Bihor, une région à l’Ouest du pays. C’est le cas de Gyöngyi Fekete, sa fille Lena Jeanna et son compagnon Mircea. Expulsés en 2007 de leur bidonville du Puisoz à Vénissieux et renvoyés en Roumanie, ils sont arrivés à Tinca au bout de 36 heures de voyage en car. Avec 361 euros en poche, l’aide au retour versée par le gouvernement français, les voilà de retour dans un ghetto qui abrite 2000 Roms. Sans eau courante, électricité, gaz ni sanitaires.

Et surtout sans travail. Depuis la révolution qui a renversé Nicolae Ceauşescu, les fermes d’Etat qui employaient la plupart des Roms ont fermé. A Tinca, tous les matins les hommes se rendent sur la place du village en espérant l’hypothétique venue d’un employeur à la recherche de main d’œuvre bon marché. « En se rendant là-bas, on comprend pourquoi ils reviennent sans cesse en France », raconte Sophie Landrin, journaliste au Monde, qui a accompagné Bruno Amsellem en Roumanie. « Ici, ils arrivent à gagner quelques euros par jour, ce qui n’est pas le cas en Roumanie. Là-bas, pour se nourrir ils vont dans les bois cueillir des champignons et ramasser des pommes. »

Traian, lui, a eu de la chance. Après avoir été expulsé à plusieurs reprises, et être revenu autant de fois, il a fini par obtenir un logement à Villeurbanne. Avec sa femme et ses enfants il vit aux Gratte-Ciel. Bien que membres de l’Union européenne, les Roumains resteront exclus du droit à un permis de travail, jusqu’en 2012. Ainsi, la famille vit de mendicité et de petits boulots au noir. En 2012, Traian, qui a des compétences en mécanique et dans le déménagement ira chercher un vrai travail. Son fils Fabian était en CP dans une école du 3ème au moment où son témoignage a été enregistré. Fabiana, 3 ans, rentrera en maternelle en septembre.

Info  : jusqu’au 24/12 au Centre d’histoire de la résistance et de la déportation, 14 av Berthelot, Lyon 7ème. Ouvert du mercredi au dimanche, de 9h à 17h30 (mercredi à vendredi), 9h30 à 18h00 (samedi et dimanche). Visites commentées le 5 et 12/9, 3 et 10/10, 7 et 14/11, 5 et 12/12.

Photo : © Bruno Amsellem / Signatures

Publié le : dimanche 22 août 2010, par Michael Augustin

Réagir : 

 


1 commentaire pour cet article


  • Une exposition sur la misère des Roms 17 septembre 2010 à09:11, par Nicole François

    Le Collectif Aubois pour la Semaine de la Solidarité Internationale est à la recherche d’une exposition sur les ROMS. A quelles conditions prêtez-vous cette expo ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Hommages spontanés aux victimes

Lyon en deuil

Des centaines de Lyonnais sont descendus dans la rue, pour rendre hommage aux quelque 130 morts et 350 blessés dans (...)
La suite
Des lunettes spéciales nécessaires

Éclipse solaire : attention aux yeux !

Ce vendredi 20 mars, une éclipse partielle du soleil sera visible en France. Les autorités mettent en garde contre « (...)
La suite
#noussommescharlie

Manifestation historique à Lyon pour la liberté d'expression

C'était la plus importante manifestation que Lyon n'ait jamais vue. Au moins 300 000 personnes, selon la (...)
La suite
Face à l'horreur

Charlie Hebdo : recueillement et indignation à Lyon

Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées mercredi soir place des Terreaux à l'appel du Club de la (...)
La suite
Fêtes

Est-ce que le Père Noël existe ?

En 1897, la petite Virginia, une New-Yorkaise de 8 ans voulait en avoir le cœur net. Alors, elle a écrit au journal (...)
La suite
Bilan 2013

Pauvreté : le Secours catholique lance un appel au président

« Les personnes faisant appel au Secours catholique du Rhône sont de plus en plus nombreuses et de plus en plus (...)
La suite
Projet Vénus

150 photos contre le cancer du sein

Sensibiliser les femmes, notamment dans les zones urbaines sensibles, au dépistage du cancer du sein, voilà (...)
La suite