publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > Société > Une journée de sensibilisation à la greffe d’organes
Partager : 
Imprimer

Transplantations

Une journée de sensibilisation à la greffe d’organes

« C’est une cause humanitaire qui dépasse toutes les autres », s’écrie Jean-Louis Touraine, adjoint au maire et médecin hospitalier de métier. Pour sensibiliser les Lyonnais au don d’organes, le Lions Club et la Ville organisent samedi une journée d’information place de la République. Car les hôpitaux sont en manque d’organes. 14 500 patients sont actuellement en attente d’une greffe en France. La faute à une législation mal appliquée.

Selon la loi, un médecin peut prélever des organes sur toute personne décédée, qui ne s’y est pas formellement opposé de son vivant. Or, en pratique cela ne se passe pas comme ça. Avant de passer à l’acte, le médecin va demander l’accord de la famille du défunt. « Si cinq proches sont d’accord mais le sixième dit :"je pense il ne voulait pas", cela suffit pour stopper l’opération », s’offusque Jean-Louis Touraine, l’un des pionniers lyonnais de la greffe d’organes. Ainsi, tous les ans plusieurs centaines de personnes décèdent, faute d’organe disponible. Ils étaient 424 en 2009, un chiffre en hausse de 25%.

Plusieurs critères doivent être réunis pour pouvoir prélever des organes : la personne décédée ne doit pas être trop âgée, ni atteinte de maladies transmissibles. Les organes doivent être en bon état et le prélèvement doit avoir lieu immédiatement après le décès. Seulement 3000 décès par an réunissent toutes ces conditions. Pour la moitié d’entre elles, l’accord de la famille fait défaut.

« Il est important de se mobiliser pour qu’il y ait un véritable déclic », clame Jean-Louis Touraine. Or, « les médecins ne sont pas les mieux placés pour en parler. » Ainsi, samedi des greffés seront sur place pour partager leur expérience, de parler de l’attente qu’ils ont dû endurer avant d’avoir pu se faire opérer et de leur nouvelle vie après la greffe, perçue comme une nouvelle naissance. « Personne ne peut rester indifférente à cela », estime le premier adjoint. Un bus pédagogique, un film et des prospectus seront mis à disposition des passants pour informer sur le don d’organes. « Je souhaite que demain plus personne ne meure, faute d’avoir pu être greffé », conclut Jean-Louis Touraine.

Infos : samedi 17 avril, de 9h à 18h, place de la République, Lyon 2ème. Entrée gratuite.

Photo : DR

Publié le : mardi 13 avril 2010, par Michael Augustin

Réagir : 

 


1 commentaire pour cet article


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Maladies rares

Meyzieu : elle pleure des larmes de sang, le calvaire d'une ado

« Je ne voyais plus rien. Autour de moi, tout le monde criait ! ». Un jour d'octobre 2015, la vie d'Anissa (...)
La suite
Hommages spontanés aux victimes

Lyon en deuil

Des centaines de Lyonnais sont descendus dans la rue, pour rendre hommage aux quelque 130 morts et 350 blessés dans (...)
La suite
Des lunettes spéciales nécessaires

Éclipse solaire : attention aux yeux !

Ce vendredi 20 mars, une éclipse partielle du soleil sera visible en France. Les autorités mettent en garde contre « (...)
La suite
#noussommescharlie

Manifestation historique à Lyon pour la liberté d'expression

C'était la plus importante manifestation que Lyon n'ait jamais vue. Au moins 300 000 personnes, selon la (...)
La suite
Face à l'horreur

Charlie Hebdo : recueillement et indignation à Lyon

Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées mercredi soir place des Terreaux à l'appel du Club de la (...)
La suite
Fêtes

Est-ce que le Père Noël existe ?

En 1897, la petite Virginia, une New-Yorkaise de 8 ans voulait en avoir le cœur net. Alors, elle a écrit au journal (...)
La suite
Bilan 2013

Pauvreté : le Secours catholique lance un appel au président

« Les personnes faisant appel au Secours catholique du Rhône sont de plus en plus nombreuses et de plus en plus (...)
La suite