publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > Société > Violences : légère accalmie
Partager : 
Imprimer

Jeunes

Violences : légère accalmie

Après une journée de mardi marquée par une extrême violence et le pillage de plusieurs magasins, la tension a baissé d’un cran mercredi. Dès le matin, 750 policiers et gendarmes, 250 de plus que la veille, ont bouclé le centre-ville. Par petits groupes de 4 ou 5 personnes, ils ont quadrillé les principales rues, évitant ainsi tout attroupement. Les débordements ont pu être limitées en centre-ville. En fin de journée des exactions ont toutefois été commises dans le quartier de la Guillotière. La police a procédé à 35 interpellations, moitié moins que la veille.

Dès 9h30, les jeunes convergent vers Bellecour où le camion du GIGN a déjà pris position. La forte présence policière tout au long de la rue de la République empêche tout attroupement entre l’hôtel de ville et Bellecour. C’est donc autour de la statue de Louis XIV que les jeunes se rassemblent. A 10h30 ils sont plusieurs centaines, mais beaucoup moins que la veille quand 1300 casseurs ont été dénombrés. Puis les jeunes commencent à bouger entre la place Antonin-Poncet, les quais et la rue de la Barre. Comme d’habitude, des projectiles sont jetés sur les forces de l’ordre, qui répliquent par des grenades lacrymogènes. Des poubelles sont incendiés.

Depuis 9h, à la demande de la préfecture, le secteur de la Presqu’île n’est plus desservi par les transports en commun. Les stations de métro de la presqu’île et la station Saint-Jean sont fermées. Le tramway T1 s’arrête à Liberté et le T2 ne circule qu’entre Bel Air et Jet d’eau Mendès France.

Vers 11h, l’hélico de la gendarmerie refait son apparition. Il survolera toute la journée le centre-ville et la rive gauche du Rhône. Au même moment, Gérard Collomb, rentré précipitamment du Japon, rassemble la presse pour « condamner avec la plus grande fermeté ce qui s’est passé hier » et dénoncer « des scènes d’une violence inouïe ». Vers 11h10, un camion, garé à l’entrée de la rue Edouard Herriot prend feu, probablement suite à un jet de fumigène. L’incendiaire présumé aurait été arrêté. Plusieurs groupes de jeunes courent dans les rues, bloqués par des cordons de policiers équipés de boucliers et de matraques.

Le ministre de l’intérieur à Lyon

La nouvelle arrive dans les rédactions à 11h54 : Brice Hortefeux se rendra à Lyon en début d’après-midi. Arrivé à l’hôtel de police vers 14h, le ministre de l’intérieur s’est entretenu avec des policiers et a visionné des vidéos des émeutes. Puis, il s’est rendu pour une visite éclaire rue Victor-Hugo, théâtre hier du saccage et pillage de commerces. Sur place, il a essuyé quelques huées de la part de passants, dont nombre de lycéens et d’étudiants. Lorsqu’il s’est engouffré dans sa voiture, au bout d’une dizaine de minutes, un « Bravo, belle mise en scène ! » a fusé, selon un journaliste du Progrès. Gérard Collomb qui avait quitté furieux l’hôtel de police au bout de 10 minutes, a dénoncé dans un communiqué une « opération de communication » de la part du ministre de l’Intérieur, alors qu’il « croyait » que Brice Hortefeux s’était rendu à Lyon pour « une réunion de crise ».

Entre temps, il y a un léger mieux aux TCL. Depuis 13h, la station de métro Hôtel de ville a rouvert, la ligne A circule entre Vaulx la Soie et Hôtel de ville, tandis que le métro C fonctionne normalement. La ligne D circule entre Gare de Vaise et Gorge de Loup puis entre Saxe-Gambetta et Gare de Vénissieux. Les stations Cordeliers, Bellecour, Ampère, Perrache et Guillotière restent cependant fermées. Il faudra attendre 16h20 pour un retour à la normale, à l’exception de Bellecour qui ne rouvrira pas.

En début d’après-midi, plusieurs centaines de manifestants se sont rassemblés dans le calme devant le palais de justice, rue Servient où plusieurs casseurs présumés sont jugés en comparution immédiate. « Libérez nos camarades », scandent-ils, tandis qu’un cordon de CRS leur interdit l’accès au tribunal. Après une demi-heure, ils se replient à la Bourse du travail pour une AG improvisée.

La salle Maurice Moissonnier, d’une capacité de 300 places est pleine comme un œuf. A l’intérieur, étudiants et lycéens planchent sur les suites à donner à leur mouvement. Et surtout tentent de se remonter le moral. Des lycéennes d’Ampère-Bourse et Diderot font part des pressions reçues de la part de leurs CPE et proviseurs respectifs. « On n’arrive pas à mobiliser, on a tout le temps peur », racontent-elles. « Je ne veux pas être renvoyée », ajoute une lycéenne vénissiane, la seule de son bahut à faire grève. « Organisez des AG au sein de vos établissements », conseille une jeune étudiante de Lyon II. « Montrez que votre mouvement est démocratique. » Un enseignant encarté SUD assure que son syndicat alertera ses camarades dans ces deux lycées « pour que cessent ces intimidations. »

En même temps, l’UMP du Rhône organise une conférence de presse et s’en prend à Gérard Collomb. « Qui ne dit mot consent », fustige Philippe Cochet, maire de Caluire, qui déplore l’absence, selon lui, de condamnation des actes de violence de la part des partis et syndicats de gauche. « Une déclaration commune du PS, des Verts et du PC, ça aurait de la gueule. » Marine Courtaut, chef des Jeunes populaires du Rhône estime pour sa part que « la place des lycéens ce n’est pas d’être dans la rue mais d’étudier ».

En fin de journée, de nouveaux incidents ont éclaté rue Gambetta (3ème/7ème), nécessitant une nouvelle fois l’intervention des forces de police. Une voiture des TCL, stationnée sur le bord de la chaussée, est fracassée. Des casseurs s’en prennent également aux véhicules arrêtés au feu. Alors que leurs occupants sont à l’intérieur, des manifestants marchent sur leur auto, cassent les pare-brise et les rétroviseurs. Un bureau de tabac situé entre Guillotière et Saxe-Gambetta est pillé.

Les jeunes jouent au chat et à la souris avec les forces de l’ordre dans les rues de la Guillotière. Les CRS font usage à de nombreuses reprises de gaz lacrymogène. Rue de la Part-Dieu, ils ont tiré des flash-balls, rapporte un journaliste de Lyon Capitale. Le calme revient vers 19h.

Toutes les photos sont sur www.facebook.com/lyoninfo.

Photos : © Michael Augustin

Publié le : jeudi 21 octobre 2010, par Michael Augustin

Réagir : 

Galerie photos (4 photos). Cliquez sur une image pour ouvrir le diaporama.



Commenter :


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Maladies rares

Meyzieu : elle pleure des larmes de sang, le calvaire d'une ado

« Je ne voyais plus rien. Autour de moi, tout le monde criait ! ». Un jour d'octobre 2015, la vie d'Anissa (...)
La suite
Hommages spontanés aux victimes

Lyon en deuil

Des centaines de Lyonnais sont descendus dans la rue, pour rendre hommage aux quelque 130 morts et 350 blessés dans (...)
La suite
Des lunettes spéciales nécessaires

Éclipse solaire : attention aux yeux !

Ce vendredi 20 mars, une éclipse partielle du soleil sera visible en France. Les autorités mettent en garde contre « (...)
La suite
#noussommescharlie

Manifestation historique à Lyon pour la liberté d'expression

C'était la plus importante manifestation que Lyon n'ait jamais vue. Au moins 300 000 personnes, selon la (...)
La suite
Face à l'horreur

Charlie Hebdo : recueillement et indignation à Lyon

Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées mercredi soir place des Terreaux à l'appel du Club de la (...)
La suite
Fêtes

Est-ce que le Père Noël existe ?

En 1897, la petite Virginia, une New-Yorkaise de 8 ans voulait en avoir le cœur net. Alors, elle a écrit au journal (...)
La suite
Bilan 2013

Pauvreté : le Secours catholique lance un appel au président

« Les personnes faisant appel au Secours catholique du Rhône sont de plus en plus nombreuses et de plus en plus (...)
La suite