publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > Ecologie > Année en progression pour Autolib’
Partager : 
Imprimer

Année en progression pour Autolib’

L’utilisation d’Autolib’, le service de location automobile de courte durée, proposé par Lyon Parc Auto (LPA), "ne correspond pas encore à l’engouement nécessaire dans la ville de demain" explique Jean-Louis Touraine, le président de LPA. En clair : là où l’Allemagne compte
70 000 inscrits, la Grande-Bretagne 30 000 et la petite Suisse même 75 000, la France suit de très loin avec seulement 6000 adeptes de ce système, dont 830 abonnés à Autolib à Lyon. Autant dire qu’il y a de la marge.

Ce service d’autopartage (à ne pas confondre avec covoiturage), a été créé en mars 2003 par l’association La Voiture Autrement et racheté par LPA au 1er janvier 2008. "Une année réussie", se félicite François Gindre, le directeur de LPA, en tirant le bilan de 2008. LPA a en effet massivement investi pour faire passer le nombre de stations de 8 à 22 et le nombre de voitures disponibles de 24 à 70. "Une flotte surdimmensionnée", estime François Gindre, tant le nombre d’abonnés reste modeste, tout en ayant doublé en 2008.

83% des abonnés sont des particuliers. Les voitures sont alors fortement demandées le week-end (33% des locations) et se tournent un peu les pare-chocs en semaine. Pour contrebalancer ce phénomène, LPA met le paquet sur les entreprises. Une personne sera dédiée pour les démarcher, leur proposer un bilan, leur parler financement et les former.

Car l’intérêt écologique est de taille. La voiture d’un particulier roule seulement 10 à 15% du temps. Le reste de la journée, elle est stationnée et occupe de la place : 10 m2 par voiture. Une voiture Autolib’ partagée permets de remplacer 6 à 8 véhicules personnels, et d’économiser autant de place sur la voirie. Puis, "quelqu’un qui possède une voiture, a tendance à l’utiliser, même pour de courts trajets", explique François Gindre. Le développement de l’autopartage devrait donc réduire l’utilisation de la voiture. Or, pour l’instant c’est l’inverse qui se produit. 73% des abonnés Autolib’ ne possédent pas de véhicule personnel. Au lieu de réduire le trafic, Autolib’ convertit donc de nouveaux automobilistes. Faute, sans doute, à la faible notoriété du service. Tout juste 10% des Lyonnais disent le connaître.

Mais aussi au maillage des stations. Si 22 des 29 parkings LPA proposent le service, la plupart se trouvent en Presqu’île ou à proximité. D’où l’idée de sortir les voitures de leurs garages et installer des bornes en voirie. Cette mesure, envisagée par le Grenelle de l’Environnement attend cependant encore son texte d’application. Car, "la proximité est un facteur essentiel dans le choix" d’utiliser ce service, reconnaît-on à LPA. LPA prévoit l’installation de 30 places d’ici la fin de l’année, notamment à la Confluence et à Jean Macé.

Reste qu’un voiture Autolib’ tourne à l’essence ou au diesel (plus quatre Toyota Prius hybrides), tout comme n’importe quel véhicule, bien que LPA dit faire attention aux émissions de CO2. Quid alors de voitures électriques ? "Nous sommes à l’affut", assure François Gindre", dès qu’il y en a avec 200 à 250 km d’autonomie, on fonce."

Plus d’infos et tarifs sur www.autolib.fr

Photo : lyon-info.fr

Publié le : dimanche 10 mai 2009, par Michael Augustin (rédigé le : 6 avril 2009).

Réagir : 

 


Commenter :


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Main rouge au Grand Lyon

« La Métropole ne fait pas assez pour le climat ! »

Samedi 13 octobre, ils étaient à nouveau 15 000 selon les organisateurs et 10 000 selon la police, 120 000 dans 86 (...)
La suite
Climat

Une nouvelle marche pour que « les promesses soient tenues »

Ils entendent « mettre la pression sur les politiques », explique le vidéaste Usul, auteur d'un clip qui appelle à (...)
La suite
Nettoyons la nature

« Ça me fait mal au cœur »

Le lieu est un véritable dépotoir. A quelques pas des quatre tours de l'Observance (Lyon 9ème), le glacis du Fort (...)
La suite
15 000 personnes pour le climat

Climat : une marche pour réveiller les politiques

Une chaine humaine était prévue autour de l'hôtel de ville mais les trois rues qui bordent le bâtiment ainsi que (...)
La suite
Sauver la planète à Lyon

Grand Lyon : le Plan climat, pourquoi c'est important

Alors que l'été 2018 a été le deuxième le plus chaud jamais enregistré, le Grand Lyon travaille sur son prochain Plan (...)
La suite
Recycler, réutiliser, moins jeter

Ressourcerie : un projet solidaire pour s'équiper à prix doux

Des assiettes, des vêtements pour quelques sous, des livres à prix libre, un ordinateur à 30 euros, des disques vinyle (...)
La suite
Conférence par ci, schéma par là

Le Grand Lyon, fait-il assez pour le climat ?

« Dans vingt ou trente ans, on pourra traverser la Saône à pied, l'été. » Face à ce constat inquiétant, le Grand Lyon (...)
La suite