publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > Société > Collecte des ordures : la grève dans l’impasse
Partager : 
Imprimer

Le mouvement se durcit

Collecte des ordures : la grève dans l’impasse

Cinquième jour de grève et aucune solution en vue. A la fin de la première semaine du mouvement et après quelques flottements dans les positions syndicales, les fronts sont actuellement complètement figés. Les syndicats font du retrait du nouveau marché un préalable à toute discussion, le Grand Lyon refuse. Depuis deux jours, aucun ramassage n’a eu lieu dans les zones confiées à la régie publique.

Depuis lundi, les éboueurs du Grand Lyon sont en grève. 41% ont cessé le travail vendredi, un pourcentage en hausse comparé aux jours précédents. Comme les grévistes bloquent les dépôts, le service de ramassage est complètement paralysé dans la moitié de l’agglomération.

Les éboueurs comptent protester contre un nouvel appel d’offres lancé par le Grand Lyon. Celui-ci attribue tous les secteurs de Lyon et Villeurbanne à des prestataires privés, tandis que la régie publique serait chargée des 56 communes extérieures. Sur le principe, rien de nouveau. Depuis 2007, Véolia et Suez, deux géants du service aux collectivités ramassent déjà la moitié des ordures grand-lyonnaises, mais sur des secteurs différents : 5 arrondissements lyonnais, la moitié de Villeurbanne et 44 communes extérieures.

Les syndicats s’embrouillent

Braqués par la perte des deux villes-centre, les syndicats du Grand Lyon se sont mis en grève depuis lundi. Puis, coup de théâtre mercredi : un nouveau préavis de grève est déposé, avec une autre revendication : le repos tous les samedis pour tous les agents.

Le sujet est délicat pour les éboueurs qui travaillent actuellement 6 jours sur 7, pour assurer 81 rondes dans le Grand Lyon. En 2003, le Grand Lyon s’était engagé à offrir aux agents un samedi chômé sur deux. Une promesse jamais tenue, mais ressortie en 2012 à l’occasion du nouvel appel d’offres.

Pourquoi ce nouveau préavis ? « On réalise que garder Lyon et Villeurbanne était impossible, alors sous la pression des agents, on a été obligés de modifier nos revendications », a commenté Mohamed Messai vice-président du syndicat FNACT-CFTC, cité par l’AFP. Une déclaration qui a fait désordre dans les rangs syndicaux et qui a depuis été démenti. Si bien que les éboueurs demandent maintenant les deux choses à la fois : le retrait de l’appel d’offres et tous les samedis chômés.

« C’est techniquement impossible », s’écrie Thierry Philip, vice-président à la propreté au Grand Lyon, puisque les poubelles sont ramassées 6 jours sur 7 à Lyon et Villeurbanne, ce qui n’est pas le cas de toutes les communes extérieures.

Puisque les syndicats font du retour en régie de ces deux villes un « préalable à toute discussion », selon Pierre Crédoz, en charge des ressources humaines, et que le Grand Lyon refuse de céder sur ce point, la situation est dans l’impasse.

Les maires préfèrent la régie publique

Les seules à se féliciter de la nouvelle organisation sont les 56 communes extérieures du Grand Lyon, ravies de voir arriver les éboueurs de la régie publique, à l’en croire Pierre Crédoz. « Il y a un certain nombre de réclamations de la part des maires de ces communes », qui sont actuellement sous contrat privé. « La qualité des prestations dans certains endroits était délicate », concède aussi Bruno Coudret, le directeur de la propreté.

Aucune nouvelle réunion avec les syndicats n’est encore prévue. « Notre porte est ouverte », souligne Thierry Philip, avant de lancer aux journaliste présents à la conférence de presse : « Je crains qu’on se revoie bientôt. »

Photo : © Michael Augustin

Publié le : vendredi 16 mars 2012, par Michael Augustin

Réagir : 

 


Commenter :


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Maladies rares

Meyzieu : elle pleure des larmes de sang, le calvaire d'une ado

« Je ne voyais plus rien. Autour de moi, tout le monde criait ! ». Un jour d'octobre 2015, la vie d'Anissa (...)
La suite
Hommages spontanés aux victimes

Lyon en deuil

Des centaines de Lyonnais sont descendus dans la rue, pour rendre hommage aux quelque 130 morts et 350 blessés dans (...)
La suite
Des lunettes spéciales nécessaires

Éclipse solaire : attention aux yeux !

Ce vendredi 20 mars, une éclipse partielle du soleil sera visible en France. Les autorités mettent en garde contre « (...)
La suite
#noussommescharlie

Manifestation historique à Lyon pour la liberté d'expression

C'était la plus importante manifestation que Lyon n'ait jamais vue. Au moins 300 000 personnes, selon la (...)
La suite
Face à l'horreur

Charlie Hebdo : recueillement et indignation à Lyon

Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées mercredi soir place des Terreaux à l'appel du Club de la (...)
La suite
Fêtes

Est-ce que le Père Noël existe ?

En 1897, la petite Virginia, une New-Yorkaise de 8 ans voulait en avoir le cœur net. Alors, elle a écrit au journal (...)
La suite
Bilan 2013

Pauvreté : le Secours catholique lance un appel au président

« Les personnes faisant appel au Secours catholique du Rhône sont de plus en plus nombreuses et de plus en plus (...)
La suite