publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > Ecologie > « Je veux pouvoir dire à mes nièces que je me suis battue pour elles (...)
Partager : 
Imprimer

Fanny, décrocheuse de portrait de Macron

« Je veux pouvoir dire à mes nièces que je me suis battue pour elles »

A l’occasion du procès de deux militants écologistes, poursuivis pour avoir décroché le portrait d’Emmanuel Macron de la mairie du 2ème arrondissement de Lyon, nous publions le témoignage saisissant de Fanny Delahalle (35 ans), l’une des prévenus.

Je m’appelle Fanny et le 2 septembre prochain, aux côtés de Pierre, je passe en procès pour vol en réunion. Pourquoi ? Parce que le 21 février dernier, j’ai décroché le portrait d’Emmanuel Macron de la mairie du 2ème arrondissement de Lyon afin de dénoncer l’inaction climatique de notre Président. Pour moi, c’est une réquisition citoyenne, pour le procureur c’est un vol. Pour moi, c’est notre président et son gouvernement qui devraient répondre de leurs actes devant la justice. Pour le procureur, c’est moi qui dois être poursuivie. Entre la vision de l’État et la mienne, il y a un monde. Entre les beaux discours de notre Président et ses actes, un gouffre.

J’éprouve aujourd’hui le besoin de vous raconter ce qui m’a amenée à cette situation, à cette journée du 26 février, où j’ai passé le jour de mes 35 ans en garde à vue, où mon domicile a été perquisitionné, où j’ai reçu cette fameuse convocation pour un procès.

J’ai grandi assez révoltée par l’injustice de la situation environnementale de notre planète. Comme une boule au ventre qui ne voulait pas s’en aller. Mais le reste du temps, j’ai été une enfant normale, l’école, les copains, la famille, les vacances, etc. Au début de ma vie d’adulte, j’ai un peu oublié ce malaise intérieur, ou plutôt je l’ai refoulé, me sentant impuissante. J’ai fait des études en lien avec l’environnement mais dans ma vie quotidienne, j’ai fermé les yeux... pour éviter d’y penser.

Et puis, une rencontre, autour de mes 28 ans, m’a fait comprendre que oui, en tant que citoyenne, j’avais les moyens d’agir, que je n’étais pas obligée de rester la rage au ventre à regarder le désastre se produire. J’ai réalisé qu’agir, c’est commencer par comprendre, prendre conscience de la réalité des choses et arrêter de fermer les yeux. J’ai compris que ma rage pouvait servir et être un moteur pour changer les choses. J’ai donc commencé à militer au sein de Greenpeace pendant plusieurs années. J’ai changé pas mal de choses dans ma vie au fil de mes prises de conscience.

Je me suis rendue compte que mes nièces allaient vivre un enfer sur Terre

Et petit à petit, en croisant le chemin d’Alternatiba et plus tard d’ANV-COP21, j’ai réalisé l’ampleur du problème climatique : nous sommes, nous humains vivant actuellement sur cette planète, la dernière génération à pouvoir agir et cette bataille ne se joue qu’une fois. Plus tard, ce sera trop tard. J’ai compris l’injustice suprême du dérèglement climatique : les populations les plus pauvres et les moins responsables du problème seront les plus impactées.

Je me suis rendue compte que mes nièces, Zoé, 4 ans et demi, et Maëva, 1 an et demi allaient vivre un enfer sur Terre : catastrophes climatiques extrêmes, disparition de milliers d’espèces animales et végétales, montée des océans, migrations forcées de millions de personnes, pénuries d’eau et de nourriture, voilà de quoi sera fait leur quotidien si rien ne change.

J’ai alors trouvé avec Alternatiba et ANVCOP21 les méthodes et la panoplie de modes d’actions qui me semblaient indispensables pour faire face à cette crise climatique. Au sein de ce mouvement, ces dernières années, nous avons mené tous ensemble une multitude de batailles pour le climat. Nous avons mis en valeur les solutions et alternatives pour faire face au changement climatique, qui existent déjà partout et que chacun peut prendre en main ; nous avons fait du plaidoyer auprès des élus locaux pour que leurs politiques locales soient plus ambitieuses en matière de climat ; nous avons gonflé les rangs des marches et manifestations pour le climat ; et puis nous avons désobéi.

La désobéissance civile pour résister aux politiques qui mettent en danger l’avenir de l’humanité

Parce que la désobéissance civile non-violente est un moyen puissant et efficace pour nous opposer et résister aux projets, aux politiques et aux entreprises qui mettent en danger l’avenir de l’humanité.

Alors le 15 février dernier, lorsqu’en réponse à l’Affaire du Siècle, ce recours en justice contre l’Etat pour inaction climatique porté par 4 organisations et soutenu par plus de 2 millions de personnes, le gouvernement a annoncé qu’il ne comptait pas changer de cap, que ce qu’il fait aujourd’hui en matière de politique climat est tout à fait satisfaisant et suffisant, nous avons décidé de désobéir. De décrocher le portrait d’Emmanuel Macron des mairies françaises pour dénoncer son inaction climatique et adresser un message à la population française : malgré les beaux discours de notre Président sur le climat, sa politique est en réalité aussi vide que l’espace que nous avons laissé à la place de son portrait dans 106 mairies.

Aujourd’hui nous sommes 40 à être poursuivis pour des décrochages de portrait dans 13 procès. 124 personnes auditionnées. 61 perquisitions. Plus de 650 heures cumulées de garde à vue. [Ces chiffres ont évolué depuis : on compte aujourd’hui 128 portraits décrochés et 57 activistes convoqués dans 17 procès, ndlr]. Toutes ces personnes étaient prêtes à prendre ce risque. Elles assument avoir participé à ces décrochages de portraits et sont prêtes à affronter la répression et à se présenter devant la justice. Mais ce qu’elles n’acceptent pas, c’est que parallèlement, les responsables du changement climatique courent toujours, ceux qui nous emmènent vers le chaos climatique ne sont nullement inquiétés.

Je veux pouvoir dire à mes nièces qu’avec mes petits moyens, je me suis battue pour elles

Alors oui, je sacrifie une partie de ma liberté en risquant une amende, voire une peine de prison et je continuerai à le faire car je gagne une autre liberté, celle de pouvoir me regarder dans la glace, de pouvoir dire à mes nièces en les regardant dans les yeux, quand elle me demanderont des comptes, qu’avec mes petits moyens, je me suis battue pour elles, leur génération et celles à venir. Liberté que n’ont certainement pas les puissants de ce monde. Liberté qu’ils ne pourront jamais acheter. Le 2 septembre, je serai jugée et peut-être condamnée... pour un portrait.

Visuel : Alternatiba / ANV COP 21

Publié le : dimanche 1er septembre 2019, par Michael Augustin

Réagir : 

 


Commenter :


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

EELV contre Monsanto

Tribunal administratif : faut-il interdire le Roundup ?

« Il faut protéger la population et les agriculteurs », s'est écrié Julien Bayou, porte-parole national (...)
La suite
Action « Décrochons Macron »

Place Guichard : journée engagée et festive pour le climat

Conférences, témoignages, concerts gratuits, une journée de mobilisation pour le climat se tiendra lundi 2 septembre (...)
La suite
Pisseurs volontaires

Glyphosate dans l'urine : une plainte contre fabricants, élus et agences sanitaires

Après avoir découvert du glyphosate dans leurs urines, quatre-vingt-neuf personnes ont porté plainte au Tribunal de (...)
La suite
Rapport Greenpeace

Les écoles lyonnaises baignent dans la pollution

Après Paris, Marseille et Strasbourg, Greenpeace s'est penchée sur la situation entre Saône et Rhône. Et le (...)
La suite
Pollution de l'air

Climat : David Kimelfeld ou le fantasme de l'infirmière

Année après année, la quasi-totalité de la population métropolitaine est exposée à une pollution aux particules fines, (...)
La suite
Main rouge au Grand Lyon

« La Métropole ne fait pas assez pour le climat ! »

Samedi 13 octobre, ils étaient à nouveau 15 000 selon les organisateurs et 10 000 selon la police, 120 000 dans 86 (...)
La suite
Climat

Une nouvelle marche pour que « les promesses soient tenues »

Ils entendent « mettre la pression sur les politiques », explique le vidéaste Usul, auteur d'un clip qui appelle à (...)
La suite