publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > Culture > Festival Lumière : de Tarantino au « Dernier Empereur »
Partager : 
Imprimer

Le chef d’œuvre de Bertolucci rediffusé

Festival Lumière : de Tarantino au « Dernier Empereur »

Depuis mardi, le cinéaste américain, Quentin Tarantino, court d’une salle de cinéma à l’autre dans tout Lyon pour présenter ses coups de cœur au programme du Festival Lumière. Avec son énergie débordante et son rire reconnaissable, les Lyonnais découvrent ainsi un réalisateur amoureux du cinéma et désireux de partager son expérience cinéphile.

Mercredi à 15h, au Pathé Bellecour, après une présentation tonique, le réalisateur de Pulp Fiction était assis au milieu des spectateurs pour découvrir Le déserteur, un film de Léonide Moguy de 1939, œuvre extrêmement rare, retraçant l’histoire d’un militaire français en 1918 qui déserte quelques heures pour retrouver ses parents et son épouse dont il n’a plus de nouvelles. Un film bouleversant, dont le propos demeure, comme de beaucoup de films de la programmation, universel.

Jeunesse droguée (1958) de Jack Arnold ne déroge pas à la règle. Diffusé à l’Institut Lumière mercredi soir, le public a eu la surprise de voir le prix Lumière 2013 en personne débarquer. Dans l’après-midi, les 4500 enfants à la Halle ont eu la même chance lors de la diffusion en avant-première de Belle et Sébastien de Nicolas Vanier.

La magie du cinéma est donc, à nouveau, en train de battre son plein dans tout le Grand Lyon. Des dizaines de films ont été diffusés, certains vont être rediffusés, dont un, qui a attiré notre attention : Le dernier empereur. Cette fresque historique dépeint la vie de Pu Yi, à partir de ses trois ans où, enlevé de sa mère, il est emmené dans la cité interdite pour y être élevé au trône impérial de Chine.

Ce film de Bernardo Bertolucci, dans sa nouvelle version 3D, est une œuvre ambitieuse qui embarque le spectateur dans un monde en déclin. On voit un enfant accéder au trône, devenir un « demi-dieu ». Dans un premier temps, dans l’enceinte de la citadelle, son titre n’est pas contesté mais il va finir par tout perdre avec l’arrivée de la République.

Pour Bertolucci, l’exercice du pouvoir n’est qu’une mise en scène théâtrale. Un personnage du film s’interroge même : « Pourquoi les comédiens (l’empereur et sa cour) continuent-ils de jouer alors que le public (le peuple chinois) a quitté la salle ? ». Cette interrogation nourrit l’intégralité du film aux 9 oscars dont la beauté visuelle est impressionnante. Chaque période de la vie du personnage correspond à une couleur différente. C’est un cinéma très visuel que nous donne à voir le réalisateur. « Il n’y a pas de trucages, tous les figurants sont réels », a affirmé le producteur du film Jeremy Thomas, lors de la présentation.

Mais c’est moins un film sur l’autorité politique que sur l’homme dans son rapport au pouvoir. « Est-il possible qu’un homme puisse passer du stade de demi-dieu à celui de simple mortel ? », s’était interrogé le cinéaste il y a quelques années. Enfin, l’interprétation des acteurs, et principalement de John Lone (Pu Yi) et Peter O’Toole (son professeur), respire la justesse.

Le film sera, à nouveau, diffusé samedi 19 octobre à 20h30 au Pathé Carré de Soie. Même si la séance est déjà complète en pré-vente, un quota de places est prévu au guichet pour ceux qui n’ont pas réservé.

Photo : © Patrice Harant

Publié le : jeudi 17 octobre 2013, par Youssef Naili

Réagir : 

 


Commenter :


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Exposition

Lumière sur Yoko Ono

Le musée d'art contemporain (macLyon) de Lyon accueille très prochainement l'une des expositions les plus (...)
La suite
Art contemporain

Découverte et redécouverte à l'IAC

« Collection 15' » et « Demain dans la bataille pense à moi » sont présentés simultanément dans les 12 espaces de (...)
La suite
Musée des Confluences

Une exposition crée le lien entre arts plastiques et machines

Plus de 170 pièces, du XVIIIe siècle à nos jours, issues de 44 musées en Europe sont ici réunies pour la première fois (...)
La suite
Une mise en scène à faire fuir les jeunes

Faust à l'Opéra de Lyon : « Madame, on préfère le théâtre »

Florence Leray, journaliste mais également enseignante en philosophie a emmené ses élèves à l'Opéra. Le résultat de (...)
La suite
Clôture du Festival Lumière

Martin Scorsese : « Il faut se battre pour le cinéma ! »

Le festival Lumière s'est conclu dimanche sur un dernier hommage au lauréat, Martin Scorsese. De nombreuses (...)
La suite
Martin Scorsese récompensé

Prix Lumière 2015 : le sacre d'un passionné

« Tu as inventé les journées de 36 heures et les heures de 90 minutes. » C'est ainsi que Bertrand Tavernier a (...)
La suite
Festival Lumière

Une 7ème édition pour rendre hommage au 7ème art

Avec 328 séances, 68 lieux de projection et Martin Scorsese pour le Prix Lumière, la 7ème édition du festival (...)
La suite