publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > Ecologie > Gaz de schiste : le débat continue
Partager : 
Imprimer

La Région s’empare de la question

Gaz de schiste : le débat continue

« Gaz de schiste : ressource salvatrice ou désastre écologique ? » Cette question était mercredi 22 juin au centre d’un débat régional. Une centaine de personnes : acteurs économiques, scientifiques, élus locaux, responsables d’associations et citoyens s’étaient retrouvés au nouvel Hôtel de Région, autour de ce projet controversé, qui fera l’objet, le 30 juin, d’un ultime vote au Sénat.

La communauté rhônalpine s’empare de nouveau de la polémique sur le gaz de schiste. Le débat organisé par la Région fait suite à l’adoption, mardi, d’une proposition de loi de l’UMP qui prévoit l’interdiction de l’exploration et de l’exploitation du gaz de schiste par fracturation hydraulique. Ce texte de loi ne va pas assez loin pour la majorité régionale qui demande l’interdiction de toutes les techniques d’extraction et l’annulation de tous les permis déjà accordés.

Ce débat a donné l’occasion au président de la Région Jean-Jack Queyranne, de réitérer sa position : « je reste opposé à l’exploitation du gaz de schiste pour plusieurs raisons : tout d’abord, on ignore si notre sous-sol contient du gaz du schiste puis, il reste encore des incertitudes sur la technique utilisée et nous craignons les dommages causés à l’environnement et à la santé publique. » L’élu demande à l’État la tenue d’un débat publique national, « un exercice transparent pour les citoyens ».

La fracturation hydraulique (l’injection dans le sous-sol de l’eau, mélangée à du sable et des produits chimiques) est la seule technique connue à ce jour. Ce procédé, maîtrisé pour l’instant uniquement par des sociétés américaines, provoque de graves conséquences pour l’environnement : « Les couches du sous-sol interagissent. Lors d’un fourrage profond, des fluides de métal toxiques et cancérigènes peuvent polluer l’eau. On serait alors obligés de fermer en urgence l’alimentation d’eau », a expliqué Françoise Elbaz-Poulichet, directrice de recherche à Hydroscience Montpellier, qui ajoute que « les stations d’épuration ne sont pas préparées pour filtrer la grande quantité de sel qui remonterait. » Un avis qui n’est pas partagé par les industriels : « une bonne étanchéité des tubes et une architecture conforme à la réglementation réduisent au minimum les risques de déversements », avance Bruno Courme, le directeur de la filiale Gas Shale de Total en Europe.

Rappelons qu’en mars 2010, 3 permis d’exploration de l’huile de schiste avaient été accordés : en Ardèche, dans la Drôme et dans l’Ain, ce qui a provoqué d’importantes manifestations dans toute la région.

Photo : DR

Publié le : lundi 27 juin 2011, par Angela Murgulescu

Réagir : 

 


3 commentaires pour cet article


  • Gaz de schiste fracturation par arc électrique
    Les chercheurs sont au cœur du débat sur le gaz de schiste. Ils ont déposé deux brevets en mars 2011 sur les méthodes alternatives à la fracturation hydraulique, une fracturation par arc électrique.

    http://www.sudouest.fr/2011/05/19/des-labos-de-l-uppa-integrent-le-club-des-instituts-carnot-402333-4344.php

    C’est la fracturation tout court qui pose problème car elle met en contact toutes les couches géologique des très profondes au supérieures qui contiennent les nappes phréatiques.

  • 19/06/2011...Inde, il y a de l’eau dans le gaz à Olpad ville

    "Les experts et les autorités appellent la population à n’utiliser l’eau de la ville sous aucun prétexte, elle peut contenir des produits chimiques extrêmement nocifs."

    source et suite : http://naturealerte.blogspot.com/2011/06/19062011inde-il-y-de-leau-dans-le-gaz.html

    http://www.msnbc.msn.com/id/43443146/ns/business-us_business/

  • Gaz de schiste : le débat continue 28 juin 2011 à08:02, par marcdugendre

    Je suis un particulier qui a étudié avec soin depuis plus de 6 mois le dossier Gaz de Schiste (1250 heures de travail bénévole) avec en janvier 2011 des courriers directs et personnels aux 4 ministres concernes et au président de la République. . (Plusieurs réponses positives m’ont été apportées.)

    Mes conclusions :

    1 : Il faut reprendre les textes la convention Aarhus qui n’ont pas été respectés. Cette convention concerne le droit de savoir, le droit de participer, le droit d’accès à la justice, les droits environnementaux pour le 21° siècle. Tous ces textes ont été votés en juin 2006.

    Ce vote a de plus été confirmé en 1992 lors du « Sommet de la Terre » ou les gouvernements ont adoptés la « DECLARATION DE RIO » et dont le principe N° 10 stipule :
    « La meilleure façon de traiter les questions d’environnement est d’assurer la participation de tous les citoyens concernes ».

    Cette convention est entrée en vigueur et établie sous les auspices de la CEE-ONU.
    La convention Aarhus crée donc un cadre juridique unifié qui garantie un ensemble solide de droits aux citoyens d’Europe et d’Asie centrale.

    2 Il faut revoir le code minier :
    Il faut modifier l’article 68.9 du code minier. (Modification de la loi n°2010-788 du 12 juillet 2010 art 240) (Information du public, enquêtes publiques sauf les cas prévus par l’article 68-10)

    Dans le code minier : De plus : On est en train de se faire piéger :

    TRES IMPORTANT DANS LE CODE MINIER :

    Une autorisation d’expérimentation est valable 5 ans avec possibilité de proroger deux fois (soit 15 ans).

    Le code minier permet également de vendre les produits de l’expérimentation...

    Donc nous sommes dans le cadre d’une exPLOration qui devient une exPLOItation déguisée...

    3 Il faut revoir l’argumentaire (B.A.P.E.) des experts du ministère de l’écologie du Québec ou de nombreux textes sont à étudier pour ne pas faire les mêmes erreurs qu’au Québec.

    4 Il faut revoir les permis accordés : Je me suis aperçu également que ces divers permis accordés l’an passé et signés par Mr BORLOO (et son chef de cabinet qui est maintenant Préfet Rhône Alpes) ont été accordés sans appel d’offres donc, sont irréguliers.
    Ce qui permettra de les annuler simplement sans dédommagement.......

    Les Sénateurs et les députés ont ils vu tout cela ?????

    J’ai donné un rapport de plus de mille pages à un sénateur de ma région et au Président du Conseil General pour qu’ils interviennent.....Et ils l’ont fait.

    IMPORTANT : Ce qui est en cours au sénat depuis le 01.06.2011 :

    Le sénat a l’intention le 30.06.2011 de saisir le conseil Constitutionnel :
    Si le conseil donne son aval…La loi en cours sera bien sur annulée et l’on reviendra à la précédente loi soit :

    Autorisation de l’exploration et exploitation du Gaz de Schiste par quelque méthode que ce soit :

    Cette saisine du Conseil Constitutionnel ne devrait se faire qu’après la préparation en urgence d’une autre loi modifiant la précédente afin de pouvoir nous garantir sur ce retour éventuel qui ne sera en fait qu’une marche arrière dangereuse dans ce dossier.

    Pour mémoire :

    Pour tout ce qui est mentionné ci-dessus j’ai fait en sorte d’avertir cela ainsi que d’autres mentions importantes dans des réunions de Gaz de Schiste depuis Décembre 2010 ...Aucune réaction ne s’est produite ????????
    Je l’ai fait encore dans une réunion hier le 25.06.2011………..Me trompai-je ?????

    J’ai encore beaucoup d’autres remarques qui sont trop longues à développer dans la présente....
    Je suis donc à la disposition de celui qui voudra m’entendre et prendre contact avec moi pour développer ce sujet très important.

    Car, n’oublions pas : La terre ne nous appartiens pas, c’est nos enfants qui nous la prête.

    Marc DUGENDRE

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Plan Oxygène

Le Grand Lyon s'attaque timidement à la pollution

Moins de camions, plus de communication, voilà ce à quoi se résume le plan de la Métropole pour réduire la pollution de (...)
La suite
Tassin la Demi-Lune

Eco-rénovation : diviser sa facture d'énergie par trois

Diviser par trois les coûts énergétiques, voila l'objectif de l'éco-rénovation menée dans la résidence Les (...)
La suite
Place de la République

Une grève de la faim pour sauver des singes de la vivisection

Depuis 16 jours, Lily observe une grève de la faim. Par ce jeûne, elle espère obtenir la fermeture d'un centre de (...)
La suite
Dengue et chikungunya

Comment combattre le moustique tigre

Le moustique tigre a atteint Rhône-Alpes en 2009. Particulièrement dangereux, il peut transmettre la dengue et le (...)
La suite
Allergies

Ambroisie : un site internet pour signaler la plante

Pour combattre l'ambroisie, la région a lancé une plateforme permettant de signaler la présence de cette (...)
La suite
Les cyclistes finissent le travail

Une association dénonce des pistes cyclables impraticables

Les pistes cyclables, pourtant très récentes, le long du tramway T4 et de la rue Garibaldi, sont difficilement (...)
La suite
La pollution provoque 1 maladie sur 3

L'air reste mauvais en Rhône-Alpes, la France sanctionnée ?

Avec 83 jours d'alerte à la pollution, dont 70 jours dus au dépassement des normes européennes, l'année 2013 (...)
La suite