publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > Ecologie > Glyphosate dans l’urine : une plainte contre fabricants, élus et agences (...)
Partager : 
Imprimer

Pisseurs volontaires

Glyphosate dans l’urine : une plainte contre fabricants, élus et agences sanitaires

Ils avaient fait le test pour « savoir ». Mais aussi pour porter un message politique. Après avoir découvert du glyphosate dans leurs urines, quatre-vingt-neuf personnes se sont retrouvées ce vendredi au Tribunal de grande instance de Lyon. Ils ont porté plainte pour mise en danger de la vie d’autrui, tromperie aggravée et atteintes à l’environnement.

« Je ne comprends pas. Je fais attention à ce que je mange. J’achète beaucoup de bio », se désole Jean-Pierre, apiculteur dans les Coteaux du Lyonnais. Pourtant, le test, réalisé sous le contrôle d’un huissier, à révélé que ses urines contiennent 0,936 microgrammes par litre. Une concentration neuf fois supérieure à celle autorisée pour l’eau potable.

Comme lui, une petite centaine de « pisseurs volontaires » se sont rendus le 13 mars à Lyon et le 2 avril à Sainte-Catherine (69) pour faire analyser leurs urines. Tous, sans exception, ont du glyphosate dans leur corps. Les taux mesurés varient entre 0,23 et 2,57 microgrammes par litre. Presque tous ont porté plainte. « Nous avons mis ce problème sur la table pour que les politiques agissent », explique Jean-Pierre.

Une molécule cancérigène probable

L’autorisation du glyphosate, un puissant herbicide du géant de l’agrochimie Bayer-Monsanto, a été prolongée pour cinq an par l’Union européenne, et le gouvernement français a renoncé à son projet de l’interdire sur son sol d’ici 2021. Largement utilisée dans l’agriculture conventionnelle, la molécule a été déclarée cancérigène probable par le CIRC, un organisme de l’Onu. On estime que seule une petite partie de la substance pulvérisée par les agriculteurs sur leurs champs, atteint réellement sa cible. Le reste se retrouve dans le sol, dans l’air et dans l’eau des fleuves. Avant d’atterrir dans le corps de tout un chacun.

A ce jour quelque 4000 personnes ont fait analyser leurs urines en France. « Tous les prélèvements ont révélé que nous avons du glyphosate dans nos corps », s’alarme Sylvain, l’un des coordinateurs de l’opération. Depuis l’année dernière, 2000 plaintes ont été déposées, 1800 autres sont en préparation. Dans le viseur des plaignants : les fabricants de l’herbicide bien évidemment, mais également les agences sanitaires française et européenne et la commission européenne qui ont autorisé la mise sur le marché de ces produits. Les plaignants les accusent notamment de s’être basés sur des études tronquées fournies par les fabricants eux-mêmes qu’ils auraient reprises telles quelles pour motiver leurs décisions.

« Les politiques ne font que reculer », se désole Philippe, un autre pisseur volontaire, de Saint-Genis-Laval. Il place beaucoup d’espoir dans la procédure judiciaire à laquelle il participe. « S’il y a des jugements qui font jurisprudence, les entreprises seront obligées de changer », espère-t-il. Aux Etats-Unis, plus de 13 400 procédures judiciaires ont déjà été engagées contre la Bayer-Monsanto. Dans les premiers jugements, la multinationale a été condamnée à chaque fois à verser plusieurs dizaines de millions de dollars à des plaignants atteints de cancer.

Publié le : vendredi 28 juin 2019, par Michael Augustin

Réagir : 

 


Commenter :


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Malgré l'urgence climatique

Plan climat du Grand Lyon : plus pragmatique qu'ambitieux

« Le défi est immense. Nous ne pouvons pas nous contenter d'ajustements », a déclaré David Kimelfeld devant 300 (...)
La suite
EELV contre Monsanto

Tribunal administratif : faut-il interdire le Roundup ?

« Il faut protéger la population et les agriculteurs », s'est écrié Julien Bayou, porte-parole national (...)
La suite
Fanny, décrocheuse de portrait de Macron

« Je veux pouvoir dire à mes nièces que je me suis battue pour elles »

A l'occasion du procès de deux militants écologistes, poursuivis pour avoir décroché le portrait d'Emmanuel (...)
La suite
Action « Décrochons Macron »

Place Guichard : journée engagée et festive pour le climat

Conférences, témoignages, concerts gratuits, une journée de mobilisation pour le climat se tiendra lundi 2 septembre (...)
La suite
Rapport Greenpeace

Les écoles lyonnaises baignent dans la pollution

Après Paris, Marseille et Strasbourg, Greenpeace s'est penchée sur la situation entre Saône et Rhône. Et le (...)
La suite
Pollution de l'air

Climat : David Kimelfeld ou le fantasme de l'infirmière

Année après année, la quasi-totalité de la population métropolitaine est exposée à une pollution aux particules fines, (...)
La suite
Main rouge au Grand Lyon

« La Métropole ne fait pas assez pour le climat ! »

Samedi 13 octobre, ils étaient à nouveau 15 000 selon les organisateurs et 10 000 selon la police, 120 000 dans 86 (...)
La suite