publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > Ecologie > Les fermes ouvrent leurs portes en Rhône-Alpes
Partager : 
Imprimer

Un week-end à la campagne

Les fermes ouvrent leurs portes en Rhône-Alpes

Opération séduction dans les fermes de la région. Quelques 400 exploitations ouvriront leurs étables et autres granges pour accueillir les citadins rhônalpins. De nombreuses animations sont au programme : tonte de moutons, fabrication de fromage, promenade à dos de poney ou en calèche, traite de vache, atelier de cuisine ou encore baptême de poney et chasse aux œufs pour les petits.

L’opération Fermes ouvertes en Rhône-Alpes regroupe en réalité deux manifestations distinctes : De ferme en ferme qui a lieu les 23 et 24 avril dans l’Ain, la Drôme, l’Ardèche, la Loire et le Rhône, ainsi que La clé des champs, organisée le 30 avril et 1er mai en Isère et Savoie. Créées respectivement en 1993 et 1997, les deux opérations ont pour vocation de permettre aux Rhônalpins de partir à la « découverte du métier de l’agriculteur et de la diversité des exploitations », explique Michel Grégoire, vice-président chargé de l’agriculture au Conseil régional.

« Le but de l’opération est de recréer un lien entre agriculture, santé et alimentation », souligne le vice-président, pour qui il faut « réapprendre à bien manger ». Et de glisser : « nous sommes allés trop loin dans la malbouffe. » Car si les agriculteurs souhaitent renouer le lien avec les consommateurs, c’est aussi pour favoriser la vente en circuit court, c’est à dire directement du producteur au consommateur. « 85% de la viande bovine consommée en Rhône-Alpes est importée, alors que tous nos abattoirs sont dans le rouge », souligne Michel Grégoire.

Et pourquoi pas profiter des deux week-ends pour découvrir une exploitation bio. Un genre en plein boom en Rhône-Alpes, première région de France en la matière. « 1000 à 1500 agriculteurs par an passent en bio », expose Gérard Seigle-Vatte, président de la Chambre régionale d’agriculture. La phase de transition durant 5 ans, seules 3500 exploitations rhônalpines sont d’ores et déjà estampillées bio, soit à peine 8,5 %. « Un marché à prendre », conclut Michel Grégoire.

Info : www.prenezlacledeschamps.com, www.defermeenferme.com, www.facebook.com/pages/Prenez-la-Clé-Des-Champs/

Affiche : DR

Publié le : lundi 11 avril 2011, par Michael Augustin

Réagir : 

 


Commenter :


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Décrochage du portrait de Macron

« Il faut chatouiller l'honneur du Président »

Après une relaxe jugée « historique » en première instance, Fanny Delahalle et Pierre Goinvic ont été jugés en appel à (...)
La suite
Malgré l'urgence climatique

Plan climat du Grand Lyon : plus pragmatique qu'ambitieux

« Le défi est immense. Nous ne pouvons pas nous contenter d'ajustements », a déclaré David Kimelfeld devant 300 (...)
La suite
EELV contre Monsanto

Tribunal administratif : faut-il interdire le Roundup ?

« Il faut protéger la population et les agriculteurs », s'est écrié Julien Bayou, porte-parole national (...)
La suite
Fanny, décrocheuse de portrait de Macron

« Je veux pouvoir dire à mes nièces que je me suis battue pour elles »

A l'occasion du procès de deux militants écologistes, poursuivis pour avoir décroché le portrait d'Emmanuel (...)
La suite
Action « Décrochons Macron »

Place Guichard : journée engagée et festive pour le climat

Conférences, témoignages, concerts gratuits, une journée de mobilisation pour le climat se tiendra lundi 2 septembre (...)
La suite
Pisseurs volontaires

Glyphosate dans l'urine : une plainte contre fabricants, élus et agences sanitaires

Après avoir découvert du glyphosate dans leurs urines, quatre-vingt-neuf personnes ont porté plainte au Tribunal de (...)
La suite
Rapport Greenpeace

Les écoles lyonnaises baignent dans la pollution

Après Paris, Marseille et Strasbourg, Greenpeace s'est penchée sur la situation entre Saône et Rhône. Et le (...)
La suite