publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > Société > Les seins sont restés cachés à la Grande tétée
Partager : 
Imprimer

Allaitement

Les seins sont restés cachés à la Grande tétée

33 mamans et moitié moins de papas ont bravé le froid (5 °C) dimanche matin au parc de la Tête d’or, pour afficher leur attachement à l’allaitement maternel. A l’appel de la désormais traditionnelle Grande tétée, ils se sont rassemblés à proximité de la pelouse des ébats, même si aucune maman n’avait finalement le courage de donner le sein sur place.

« C’est la cinquième fois que nous organisons la Grande tétée, les 4 premières fois il y avait du beau temps, et aujourd’hui il fait froid », se désole Noéllie Chelouche, l’une des organisatrices. L’évènement ouvre la Semaine mondiale de l’allaitement maternel, qui, en France, se tient toujours en octobre. Elle donne lieu à de nombreuses opérations d’information dans les maternités et PMI.

Véronique (29 ans) est venu avec son fils Maé, le jour de ses 1 ans. « Je veux montrer que l’allaitement maternel n’est pas obsolète », souligne la jeune maman. Depuis que son fils marche, elle doit affronter la désapprobation de certains de ses proches. « Ils disent que ce n’est pas naturel. Moi je respecte celles qui n’allaitent pas, je demande qu’elles me respectent aussi », répond-elle, légèrement agacée. « Au départ, je voulais allaiter jusqu’à ce que je reprenne le travail, puis jusqu’à 6 mois, ensuite 1 an. Aujourd’hui, je ne me fixe plus de limite. Avec Maé, on passe tellement de moments uniques ensemble. »

Emilie (30 ans) vient de Toulon. « J’habite Lyon depuis un an et demi. Je suis venue pour rencontrer d’autres femmes qui allaitent », raconte cette maman d’un petit Alexandre. Car dans sa famille et dans celle de son conjoint, tout le monde ne jure que par le biberon. Si elle donne le sein, c’est parce que l’idée lui est venue au cours de réunions organisées par l’association lyonnaise Galactée.

Depuis plus de vingt ans, Galactée organise dans le Grand Lyon, l’Ain et l’Isère des rencontres entre mamans (les papas sont aussi les bienvenus, mais viennent rarement). Ces réunions ont lieu à domicile et regroupent généralement entre 4 et 12 mamans. L’association dispose d’une trentaine d’animatrices pour encadrer ces échanges.

Découvrez plus de photos sur www.facebook.com/lyoninfo

Info : www.galactee.org, www.grandetetee.com

Photo : © lyon-info.fr

Publié le : dimanche 17 octobre 2010, par Michael Augustin

Réagir : 

 


Commenter :


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Maladies rares

Meyzieu : elle pleure des larmes de sang, le calvaire d'une ado

« Je ne voyais plus rien. Autour de moi, tout le monde criait ! ». Un jour d'octobre 2015, la vie d'Anissa (...)
La suite
Hommages spontanés aux victimes

Lyon en deuil

Des centaines de Lyonnais sont descendus dans la rue, pour rendre hommage aux quelque 130 morts et 350 blessés dans (...)
La suite
Des lunettes spéciales nécessaires

Éclipse solaire : attention aux yeux !

Ce vendredi 20 mars, une éclipse partielle du soleil sera visible en France. Les autorités mettent en garde contre « (...)
La suite
#noussommescharlie

Manifestation historique à Lyon pour la liberté d'expression

C'était la plus importante manifestation que Lyon n'ait jamais vue. Au moins 300 000 personnes, selon la (...)
La suite
Face à l'horreur

Charlie Hebdo : recueillement et indignation à Lyon

Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées mercredi soir place des Terreaux à l'appel du Club de la (...)
La suite
Fêtes

Est-ce que le Père Noël existe ?

En 1897, la petite Virginia, une New-Yorkaise de 8 ans voulait en avoir le cœur net. Alors, elle a écrit au journal (...)
La suite
Bilan 2013

Pauvreté : le Secours catholique lance un appel au président

« Les personnes faisant appel au Secours catholique du Rhône sont de plus en plus nombreuses et de plus en plus (...)
La suite