publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > Culture > Ni à Vendre, Ni à Louer
Partager : 
Imprimer

diapo
Cinéma

Ni à Vendre, Ni à Louer

Le temps d’un week-end, la côte atlantique accueille des personnages très différents les uns des autres : un couple de retraités issu d’une classe modeste, deux couples et une famille lambda, un sadomasochiste et sa maîtresse, une famille en deuil, deux SDF voleurs, un couple de punks. Leurs parcours se croisent ou s’évitent dans une œuvre onirique et burlesque, signée Pascal Rabaté.

« C’est un film un peu libertaire, dans le sens où c’est un propos libre sur les petites histoires », explique Pascal Rabaté, le réalisateur. Le film aborde des thèmes essentiels, omniprésents dans la vie du commun des mortels, comme l’amour, le sexe, les relations humaines, la mort… et la diversité sociale : « Parler des gens d’en bas, c’est un des symboles », dixit le réalisateur.

Le spectateur, lui, est plongé dans un univers sans paroles. Seulement certains cris, murmures, bredouillements se font entendre, comme des onomatopées. Pas étonnant, puisque le réalisateur est avant tout dessinateur de BD. Un silence qui laisse la part belle à l’image et à l’imaginaire et apporte une réelle fraîcheur à l’œuvre. L’absence de langage n’en est pas une, puisque « tout est langage dans le film », nuance Maria de Medeiros, une des actrices. En ressort une œuvre poétique, dans laquelle les lieux, les couleurs vives et le jeu des acteurs sont mis en exergue : « Il fallait des éléments de décor qui ont une histoire et qui transpire à l’écran », souligne le dessinateur.

La juxtaposition d’histoires banales mais qui débouchent sur des évènements invraisemblables résulte en un ensemble burlesque. Seul point négatif : le comique de la situation fait sourire au départ, mais devient lassant au fil du film. Néanmoins, les rebondissements, à la fois excentriques et cocasses, n’en finissent pas de surprendre le spectateur : « C’est un peu comme un jeu de domino : les blagues s’enquillent », dixit Pascal Rabaté. Et sans jamais tomber dans la parodie ou le cynisme.

Enfin, Ni à Vendre Ni à Louer traite de façon subtile de la crise que traverse la société : « On va filmer quelque chose d’authentique, du vrai ». La majorité des personnages provient d’un milieu modeste. Même le sadomasochiste, le plus fortuné, se retrouve nu, dépouillé de tous ses biens. Le supermarché Diagonal, un lieu clé que fréquentent de nombreux personnages, est en faillite, les rayonnages sont dégarnis et des autocollants remplacent les produits manquants. « C’est le constat de ce qui reste des congés payés en 2011 », explique Pascal Rabaté. Finalement, la solution ne serait-elle pas de s’évader le temps d’un week-end de printemps sur la côte atlantique ? Ou alors réformer un système basé sur la transaction et clamer haut et fort que c’est Ni à Vendre Ni à Louer ?

Entre le tragique et le comique, la grandeur morale de certains et la petitesse sociale d’autres, l’aventure s’annonce insolite. Une excentricité pour parler de choses simples. C’est un film à voir, à condition de se laisser emporter par la poésie de l’œuvre.

- Long-métrage français
- Genre : comédie
- Réalisé par Pascal Rabaté
- Avec Jacques Gamblin, Maria de Medeiros, François Damiens, Dominique Pinon...
- Durée : 1h20
- Sortie : 29 juin

Photo : DR

Publié le : mercredi 29 juin 2011, par Mélanie Rauscher

Réagir : 

Galerie photos (4 photos). Cliquez sur une image pour ouvrir le diaporama.



Commenter :


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Exposition

Lumière sur Yoko Ono

Le musée d'art contemporain (macLyon) de Lyon accueille très prochainement l'une des expositions les plus (...)
La suite
Art contemporain

Découverte et redécouverte à l'IAC

« Collection 15' » et « Demain dans la bataille pense à moi » sont présentés simultanément dans les 12 espaces de (...)
La suite
Musée des Confluences

Une exposition crée le lien entre arts plastiques et machines

Plus de 170 pièces, du XVIIIe siècle à nos jours, issues de 44 musées en Europe sont ici réunies pour la première fois (...)
La suite
Une mise en scène à faire fuir les jeunes

Faust à l'Opéra de Lyon : « Madame, on préfère le théâtre »

Florence Leray, journaliste mais également enseignante en philosophie a emmené ses élèves à l'Opéra. Le résultat de (...)
La suite
Clôture du Festival Lumière

Martin Scorsese : « Il faut se battre pour le cinéma ! »

Le festival Lumière s'est conclu dimanche sur un dernier hommage au lauréat, Martin Scorsese. De nombreuses (...)
La suite
Martin Scorsese récompensé

Prix Lumière 2015 : le sacre d'un passionné

« Tu as inventé les journées de 36 heures et les heures de 90 minutes. » C'est ainsi que Bertrand Tavernier a (...)
La suite
Festival Lumière

Une 7ème édition pour rendre hommage au 7ème art

Avec 328 séances, 68 lieux de projection et Martin Scorsese pour le Prix Lumière, la 7ème édition du festival (...)
La suite