publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > La ville > TOP : « des chiffres au doigt mouillé »
Partager : 
Imprimer

Les calculs du Grand Lyon démentis

TOP : « des chiffres au doigt mouillé »

Le Grand Lyon se fait tirer les oreilles. Partie bille en tête sur le tronçon ouest du périphérique (TOP), la collectivité est allée un peu trop vite en besogne. C’est en tout cas la conclusion d’une expertise indépendante commandée sur le sujet. Du pain béni pour les écologistes, opposés au projet.

« Le TOP est une mauvaise réponse à une bonne question », estime Béatrice Vessiller, conseillère communautaire d’Europe Écologie les Verts (EELV). Les écologistes craignent que le bouclage du périphérique n’entraine une hausse de la pollution et favorise l’étalement urbain à l’ouest.

En réduisant les temps de trajet en voiture, « le TOP incitera les gens à s’installer encore plus loin de Lyon », explique Béatrice Vessiller. Ce qui générera donc plus de circulation et de pollution. D’autant qu’une infrastructure routière performante encouragera l’utilisation de la voiture au détriment des transports en commun.

Des estimations au doigt mouillé

« Nous avons pris tout ce qui peut fleurir ici ou là comme hypothèse et nous avons tout analysé », avait claironné Gérard Collomb en septembre dernier. Ce n’est pas l’avis d’un cabinet indépendant, mandaté par la Commission du débat public.

Cet organisme qui organise jusqu’au 21 mars une série de réunions publiques, est un passage obligé pour tout projet d’une telle ampleur. Interpellée par de nombreuses associations, la commission avait commandée une étude complémentaire auprès du cabinet allemand TTK, spécialisé dans les approches multimodales.

Et TTK n’est pas tendre avec le Grand Lyon. Scénarios de transports à reprendre, déficits dans les hypothèses et méthodes, invitation à enrichir les hypothèses de trafic... les conclusions du cabinet allemand sont sans appel. « Le Grand Lyon s’est basé sur des chiffres au doigt mouillé », s’écrie Jean-Charles Koolhaas, président de la commission transports au Conseil régional. « L’étude (du Grand Lyon, ndlr) n’est pas sérieuse. Elle a été réalisée sur un coin de table. » Pour combler ces lacunes, TKK recommande « plusieurs hypothèses et études complémentaires », notamment sur un développement alternatif des transports en commun.

De l’eau sur le moulin d’EELV, depuis toujours favorable à cette solution. « Un réseau de type RER aurait plus d’effet », estime Jean-Charles Koolhaas. Les Verts souhaitent notamment développer le tram-train dans l’ouest lyonnais. Pour cela, ils comptent prolonger les lignes actuelles au-delà de la gare Saint-Paul jusqu’à la Part-Dieu, en créer une quatrième de Gorge de Loup à Brindas et une cinquième entre Perrache et Givors (en passant par l’hôpital Lyon sud).

Déclasser l’autoroute tout de suite

Véritable serpent de mer, le déclassement de l’autoroute A6/A7 entre le tunnel de Fourvière et la Mulatière, est possible, même sans TOP, disent les écologistes. L’endroit étant l’un des plus pollués de l’agglomération, les riverains ne cessent en effet de réclamer des mesures de réduction de vitesse. « On leur dit : ’on améliora votre situation en 2030’. Ce n’est pas satisfaisant », s’écrie Béatrice Vessiller. « Il y a urgence. »

Pour cela, pas besoin de boucler le périphérique. « La plupart des voitures vont vers le centre de l’agglomération. Seul 8% du trafic relève du transit », analyse Jean-Charles Koolhaas. « Les transports en commun sont donc la bonne alternative ».

Sans parler du coût de l’opération : 3 milliards d’euros pour le TOP. « Mettre autant d’argent dans un projet qui aggrave l’émission de gaz à effet de serre est une aberration », s’étrangle Béatrice Vessiller. Le développement des transports en commun ne coûterait que 1 milliard, selon les Verts. De quoi garder quelque sous de côté pour couvrir le boulevard Laurent Bonnevay, autre arlésienne grand-lyonnaise.

Info : Le rapport de TTK sera présenté au public le lundi 18 mars à 14h30 à l’Espace de l’ouest lyonnais, 2 Rue Nicolas Sicard, Lyon 5ème.

Plan : DR

Publié le : vendredi 15 mars 2013, par Michael Augustin

Réagir : 

 


Commenter :


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Travaux de 2017 à 2019

Perrache : rénovation à minima du pôle d'échanges

Dans un contexte de restriction budgétaire, le projet de rénovation de la gare de Perrache et du centre (...)
La suite
Quartier Part-Dieu

Garibaldi : la deuxième phase est lancée

Le réaménagement, déjà réalisé entre les rues Vauban et Bouchut, sera poussé, d'ici fin 2017, jusqu'à la rue (...)
La suite
Rhône

Un livre invite à la découverte de Villeurbanne

Le livre « Villeurbanne à la page » est l'œuvre de Bernard Jadot (texte) et Laurence Fischer (photos), deux (...)
La suite
Une mutation en profondeur

Comment rendre la Part-Dieu « plus agréable à vivre »

« Il faut penser Lyon comme une ville de demain plus agréable à vivre » a martelé Gérard Collomb, au cours d'une (...)
La suite
Guide

Découverte insolite de Lyon

De nombreuses découvertes insolites sont répertoriées dans un nouveau guide, rédigé par deux journalistes (...)
La suite
Le compte à rebours a commencé

Part-Dieu : B10 doit disparaitre

Sa démolition est désormais sur les rails pour libérer le parvis de la gare de toute construction et de l'ouvrir (...)
La suite
Rhône-Alpes

TER : 40 nouvelles rames pour offrir plus de places

La Région Rhône-Alpes vient de recevoir la première rame à deux étages nouvelle génération. Elle offre 20% de places en (...)
La suite