publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > La ville > Vinci achète la moitié du futur Grand stade
Partager : 
Imprimer

Le bétonneur apporte 100 millions d’euros

Vinci achète la moitié du futur Grand stade

L’annonce a fait l’effet d’une bombe. Tandis que l’Olympique Lyonnais se disait jusqu’à présent capable d’assumer seul la construction du Grand stade, grâce à ses capitaux propres, des emprunts bancaires et recettes marketing, le club s’est finalement résigné à céder la moitié du projet au géant du BTP Vinci, déjà concessionnaire du Stade de France et des stades de Bordeaux, Le Mans et Nice. L’entreprise apporte en échange 100 millions d’euros. Une bouffée d’oxygène qui tombe à pic.

« Vinci s’est engagé à participer au financement en devenant actionnaire de la Foncière du Montout », s’est félicité Jean-Michel Aulas. Jusque là filiale à 100% d’OL Groupe, la Foncière du Montout porte le projet de Grand stade et sera propriétaire des terrains. Vinci, qui a donc été préféré à Bouygues, devient actionnaire de la structure en échange de son apport de 100 millions d’euros. « Vinci pourra aller jusqu’à une participation maximum de 49% », a déclaré le club. Si l’entreprise de BTP reste minoritaire, elle engrangera donc la moitié des recettes du futur OL Land. De quoi revoir les ambitions européennes d’OL à la baisse, car le club compte sur les recettes du stade et des activités annexes (hôtels, centre de loisirs, immeubles de bureaux) pour financer son équipe pro.

Le protocole d’accord signé entre les deux partenaires évalue le coût de construction du stade à 381 millions d’euros et celui des installations annexes à 70 millions. Outre l’argent apporté par Vinci, le club dit vouloir investir une centaine de millions d’euros de fonds propres, le reste devant être financé par l’emprunt. L’OL dit toujours compter par ailleurs sur des recettes de 150 millions d’euros sur 15 ans lié au naming du stade.

Selon les termes du protocole d’accord, la signature du contrat de conception/réalisation devra intervenir « au plus tard le 30 avril 2012 ». Si la date symbolique du 8 décembre 2013 n’est plus d’actualité pour l’inauguration du stade des Lumières, l’OL espère désormais pouvoir jouer la saison 2014/15 dans sa nouvelle enceinte.

Sans surprise, cette annoncé a provoqué une réaction courroucée de la part des opposants, qui dénoncent la « précipitation » de l’OL. « Les promoteurs de ce projet de grand stade n’engagent qu’eux alors que les 9 enquêtes publiques viennent juste de se terminer et que les 36 commissaires enquêteurs ne donneront leurs conclusions qu’en octobre », fait remarquer le collectif des Gones pour Gerland.

Photo : OL

Publié le : mercredi 27 juillet 2011, par Michael Augustin

Réagir : 

 


4 commentaires pour cet article


  • Donc, si je comprends bien, c’est VINCI qui finalement bénéficie aussi d’une DECLARATION D’INTERET GENERAL !
    en mode espoir bien sûr parce que là c’est un peu trop gros quand même pour que les contribuables se fassent abuser à ce point

    "Il ne faut pas prendre les enfants du bon dieu pour des canards sauvages" Ch.de.G

  • Les contribuables Lyonnais ont plutot de la chance. Le stade de Lyon sera celui qui coutera le moins cher aux contribuables locaux. En effet l’ambition d’Aulas l’a conduit a préférer un stade privé et donc de payer infiniment plus que n’importe quel autre Club (Il faut espérer qu’il ne se trompe pas). Les autres Clubs obtiennent leur stade via des PPP dont on sait bien qu’ils sont payés in fine à 80-90% par la partie publique (Ville/Région/Département/Etat)et donc les contribuables et ce, pour le stade lui-même mais également pour les infrastructures d’accès lorsqu’elles sont nécessaires.
    Dans le cas Lyonnais certains s’offusquent que la partie publique devra investir 180M€ pour les infrastructures. Ces investissements n’ont pas pour seul objectif de désservir le stade. Ces infrastructures desserviront une zone entière de l’Est Lyonnais et contribueront à son développement.
    Si les opposants au projet tel que mené par Aulas parviennent à leur fin, une autre solution verra le jour : faire comme toutes les autres Villes. La collectivité reprend le sujet du stade à son compte, elle mène le projet (nouveau stade à Décines ou réhabilitation de Gerland ou autre) via un PPP, un BEA ou autre concession et il est certain qu’il lui en coutera plus cher. Le grand gagnant sera l’OL qui paiera un loyer comparable a celui que paiera les autres club (Lille, Marseille, Bordeaux...) et le grand perdant le contribuable... une nouvelle version de l’arroseur arrosé !

  • Vinci achète la moitié du futur Grand stade 28 juillet 2011 à14:29, par LUCIOLE

    au contributeur précédent, je peux dire que tous les arguments qu’il avance sont complètement contestables et relèvent en direct de la comm faite par JMA et CG - toujours la même rangaine

    1) traitons un seul point évoqué : les infrastructures !

    """Ces infrastructures desserviront une zone entière de l’Est Lyonnais et contribueront à son développement. """

    ah bon ? ce qui figurait dans les documents d’enquête n’étaient pas les bons ?
    on a porté à notre connaissance que les infrastructures étaient "dédiées" - et qu’elles ne fonctionneraient qu’aux instants nécessités par les activités du stade, c’est à dire en tout quelque dizaines de jours par an !

    et on nous voudrait nous faire croire que l’Est Lyonnais s’en trouverait nettement mieux desservi, ceci sans doute aux heures et aux endroits desservis par le service les jours de matches et de manifestations, ?

    CHOUETTE ! tous les gars qui bossent dans l’est, vous allez pouvoir travailler au rythme du centre sporti-commercial de Décines - ça va faire des horaires allégés tout cela et en plus, comme Martine veut créer 10.000 emplois de fonctionnaires dans la Culture, vous allez avoir plein de temps pour cultiver vos patates !

    c’est sans doute le coté réformateur des socialistes en mouvement !

    2) Quant au couplet sur le contribuable qui paierait plus, dans le cadre d’un bail emphytéotique par exemple, merci de nous fournir le détail de votre estimation fallacieuse, manifestement encore une fois de plus guidée par le besoin de manipuler -

    Si Gerland était réaménagé par la collectivité ou le privé, le site du Montout pourrait prendre une allure de parc d’affaires, style Parc du Chêne à Bron, en générant réellement des activités tertiaires de proximité, et dans un environnement tout à fait adapté et de plus comme partout quand la collectivité maîtrise les terrains, dans le cadre concerté d’une ZAC par exemple qui permettrait à la collectivité de maîtriser l’évolution du secteur tout en valorisant le terrain dans de bien meilleures conditions (au prix du marché)
    - Cela, et c’est seulement cela qui justifierait d’un réel intérêt général !

    2) quant à GERLAND, il y a place pour tout envisager tant sur le plan urbanistique, administratif que financier (formule privée, publique, ou mixte) encore faut il en avoir la volonté, chacun y trouverait son compte, y compris et surtout la collectivité

  • Vinci achète la moitié du futur Grand stade 28 juillet 2011 à15:15, par Pat

    On ne dit plus citoyen mais on dit contribuable. il y à celui qui donne et l’autre qui reçoit, donc deux castes si je comprend bien.

    Donc je donne pour que ma ville soit dynamique, sur la plan économique et culturel, pour que ce dynamisme se traduise en emplois, pour mes enfants, pour moi et ma famille.

    De nos jour il est difficille de faire croire aux jeunes générations qu’une ville peut se développer sans grands projets urabains.

    Trop souvent, les gands projets sont stoppés par des personnes qui ne font que défendre leurs interêts au détriment de la communauté.

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Travaux de 2017 à 2019

Perrache : rénovation à minima du pôle d'échanges

Dans un contexte de restriction budgétaire, le projet de rénovation de la gare de Perrache et du centre (...)
La suite
Quartier Part-Dieu

Garibaldi : la deuxième phase est lancée

Le réaménagement, déjà réalisé entre les rues Vauban et Bouchut, sera poussé, d'ici fin 2017, jusqu'à la rue (...)
La suite
Rhône

Un livre invite à la découverte de Villeurbanne

Le livre « Villeurbanne à la page » est l'œuvre de Bernard Jadot (texte) et Laurence Fischer (photos), deux (...)
La suite
Une mutation en profondeur

Comment rendre la Part-Dieu « plus agréable à vivre »

« Il faut penser Lyon comme une ville de demain plus agréable à vivre » a martelé Gérard Collomb, au cours d'une (...)
La suite
Guide

Découverte insolite de Lyon

De nombreuses découvertes insolites sont répertoriées dans un nouveau guide, rédigé par deux journalistes (...)
La suite
Le compte à rebours a commencé

Part-Dieu : B10 doit disparaitre

Sa démolition est désormais sur les rails pour libérer le parvis de la gare de toute construction et de l'ouvrir (...)
La suite
Rhône-Alpes

TER : 40 nouvelles rames pour offrir plus de places

La Région Rhône-Alpes vient de recevoir la première rame à deux étages nouvelle génération. Elle offre 20% de places en (...)
La suite