publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > Société > Viols à l’école de tennis : « une maison de fous »
Partager : 
Imprimer

Procès Régis de Camaret

Viols à l’école de tennis : « une maison de fous »

Coup de tonnerre à la fin de la deuxième journée d’audition. Alors que la cour d’assises du Rhône juge depuis jeudi Régis de Camaret, accusé de nombreux viols sur des jeunes joueuses de tennis, on apprend qu’il ne serait pas le seul adulte du club à avoir eu des relations sexuelles avec des mineures.

A la barre, Caroline une jolie brune de 37 ans, raconte son année passée au tennis-club des Marres à Saint-Tropez, alors dirigé par Régis de Camaret et Sylvie Gardette. Elle détaille les avances subies de la part de l’accusé, qui aurait tenté de l’embrasser, de l’entrainer dans son lit. « Si tu te laisses faire, je t’entrainerai mieux », lui aurait-il promis.

Puis, elle lâche : « et j’ai eu d’autres problèmes ». Sans plus de précisions. Maitre Emmanuel Daoud, l’un des avocats de la défense, insiste. La jeune femme finit alors par avouer qu’elle a « couché avec Sylvie Gardette », la co-gérante, de dix ans son aînée. Relation consentie ou autre viol sur mineure (elle n’avait que 16 ans) ? L’ancienne pensionnaire n’en dira pas plus.

Caroline a quitté le centre des Marres en novembre 1990, à peine un an après son arrivée. « C’était une maison de fous », s’écrie-t-elle à la barre. Avant de raconter comment elle avait recueilli les confidences de Stéphanie Carrouget, l’une des parties civiles. La fillette, alors âgée de 13 ans, lui aurait révélé qu’elle avait un fiancé, avec lequel elle couchait... Régis de Camaret.

A la barre, cette ancienne pensionnaire du tennis-club, l’une des deux dont les faits ne sont pas prescrits, témoigne comment, de 1989 à 1990, de Camaret pénétrait dans sa chambre la nuit « par la fenêtre », se déshabillait, « frottait son sexe contre le sien et éjaculait ». « Il ne rentrait jamais complètement et pareil avec sa langue », précise-t-elle , disant qu’elle restait « inerte » car déjà « fragilisée » par les abus sexuels de son beau-père. Elle arrêtera le tennis en 1990 et se dit depuis « dégoûtée par le sexe ».

Les témoignages défilent et se ressemblent. Toutes racontent comment Régis de Camaret essayait de les embrasser sur la bouche, les attendait à la sortie de la douche, tentait de les déshabiller. Comment il leur interdisait de fermer à clé la porte de la salle de bain et celles de leurs chambres. Les relations avec d’autres garçons auraient également été prohibées. Si les filles les plus solides arrivaient à repousser ses avances, les plus influençables, sous l’emprise de l’entraineur, auraient dû subir attouchements et viols.

C’est le cas de Karine Pomares, l’autre partie civile. Pensionnaire au club à la même époque que Caroline et Stéphanie, elle témoigne comment, un jour où elle était malade, de Camaret, pour prendre sa température, lui aurait touché les seins, le ventre et « en bas ». Puis, un matin avant d’aller au collège, il lui aurait demandé de s’assoir à côté de lui, aurait glissé sa main dans sa culotte, avant de la pénétrer digitalement. « C’est la dernière fois de ma vie que j’ai mis une jupe », indique celle qui dit avoir mis 15 ans pour surmonter ce traumatisme.

Comme les autres victimes, elle n’aurait rien dit à ses parents de peur qu’ils la retirent du club. Comme les autres, elle s’imaginait seule victime des agissements de son entraineur. En réalité, 13 personnes ont témoigné de sévices infligés par Régis de Camaret, un chiffre sans doute sous-évalué, estiment les avocats des partie civiles.

Sur le même sujet :
- Huit ans de prison pour l’entraineur violeur
- Viols au tennis-club : quel rôle a joué la Fédération ?
- Isabelle Demongeot : « Cet homme m’a brisée »
- Tennis : des fillettes violées par leur entraîneur ?

Photo : © Michael Augustin

Publié le : vendredi 16 novembre 2012, par Michael Augustin

Réagir : 

 


Commenter :


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Maladies rares

Meyzieu : elle pleure des larmes de sang, le calvaire d'une ado

« Je ne voyais plus rien. Autour de moi, tout le monde criait ! ». Un jour d'octobre 2015, la vie d'Anissa (...)
La suite
Hommages spontanés aux victimes

Lyon en deuil

Des centaines de Lyonnais sont descendus dans la rue, pour rendre hommage aux quelque 130 morts et 350 blessés dans (...)
La suite
Des lunettes spéciales nécessaires

Éclipse solaire : attention aux yeux !

Ce vendredi 20 mars, une éclipse partielle du soleil sera visible en France. Les autorités mettent en garde contre « (...)
La suite
#noussommescharlie

Manifestation historique à Lyon pour la liberté d'expression

C'était la plus importante manifestation que Lyon n'ait jamais vue. Au moins 300 000 personnes, selon la (...)
La suite
Face à l'horreur

Charlie Hebdo : recueillement et indignation à Lyon

Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées mercredi soir place des Terreaux à l'appel du Club de la (...)
La suite
Fêtes

Est-ce que le Père Noël existe ?

En 1897, la petite Virginia, une New-Yorkaise de 8 ans voulait en avoir le cœur net. Alors, elle a écrit au journal (...)
La suite
Bilan 2013

Pauvreté : le Secours catholique lance un appel au président

« Les personnes faisant appel au Secours catholique du Rhône sont de plus en plus nombreuses et de plus en plus (...)
La suite