publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > Economie > Véninov : un nouveau délai pour le repreneur
Partager : 
Imprimer

Tribunal de commerce

Véninov : un nouveau délai pour le repreneur

C’était l’audience de la dernière chance. Le 19 février, le tribunal de commerce de Nanterre a décidé de laisser au groupe autrichien Windhager jusqu’au 11 avril pour redémarrer, comme prévu, la production sur le site de Véninov. Sous peine d’une forte amende.

« 125ème anniversaire » est écrit sur l’affiche scotchée sur la vitre d’un bureau dans l’usine Véninov à Vénissieux. Vestige d’un temps meilleur pour ce vaste site de production, à l’arrêt depuis août 2011.

Créée le 23 juillet 1874, sous le nom des Établissements Maréchal, la société s’appelle successivement Vénilia, puis Véninov. Leader européen de la toile plastifiée, elle a mis au point la toile cirée à l’huile de lin, les premières feuilles PVC calandrées et l’adhésif. A son apogée, l’entreprise emploie 1300 personnes.

Après deux plans sociaux en 2001 et 2004, elle est rachetée en mai 2009 et fusionnée avec l’entreprise Alkor. L’ensemble compte encore 554 salariés et trois usines : Véninov à Vénissieux (toile cirée), H.A. Intériors à Cramington en Angleterre (stickers) et Boekelo Folien à Boekelo en Hollande (adhésifs).

Depuis, les problèmes s’accumulent et l’entreprise est placée en liquidation le 21 juillet 2011. Les 87 derniers employés du site se retrouvent au chômage. Refusant de baisser les bras, ils occupent alors le site pour empêcher que le propriétaire des lieux, le fonds de pension américain Gordon Brothers, ne démonte les machines.

Puis, une lueur d’espoir apparaît : le 4 mai, le tribunal de commerce de Nanterre accepte l’offre de reprise de Windhager. L’entreprise autrichienne, spécialisée dans le mobilier de jardin, s’engage à racheter les actifs pour 2,5 millions d’euros, de reprendre dans un premier temps 40 à 50 employés et de redémarrer la production à la rentrée 2012.

Or, neuf mois plus tard, les machines sont toujours à l’arrêt, et les anciens Véninov perdent patience. Ils accusent le repreneur de vouloir simplement récupérer la marque et les cylindres d’impression et de transformer le site vénissian en un simple lieu de stockage.

Dans une lettre ouverte, ils en appellent au ministre du redressement productif. Ils lui demandent « d’organiser, de toute urgence, une réunion de travail pour que, sous votre autorité, nous envisagions toutes les actions nécessaires afin de maintenir la production de la toile cirée et préserver le label français Vénilia – Véninov dans l’esprit du patriotisme industriel. » Réponse prudente d’Arnaud Montebourg lors de son passage à Lyon : « Nous suivons le dossier depuis un certain temps déjà. Il est nécessaire de faire preuve de discrétion. »

Dernier épisode du feuilleton, le 19 février, les dirigeants du groupe autrichien se retrouvent à nouveau au tribunal de commerce de Nanterre, assignés en référé par le mandataire judiciaire, Marc Sénéchal. Ce dernier demande au juge d’obliger le repreneur à respecter ses engagements et de fixer une astreinte de 30 000 euros par jour de retard. Le tribunal repousse sa réponse sur ce point au 11 avril.

Les anciens employés, eux, n’y croient plus. « Ce qui nous reste, c’est l’espoir de trouver un autre repreneur », déclare Stéphane Navarro, ex-délégué syndical CGT, lors d’un rassemblement dans les locaux de l’entreprise (photo). Ajoutant que ce serait sans doute trop tard pour les anciens salariés comme lui, qui n’auront plus droit aux indemnités de chômage fin août.

Le diaporama est sur www.flickr.com/lyoninfo.

Photo : © Michael Augustin

Publié le : mardi 26 février 2013, par Michael Augustin

Réagir : 

 


1 commentaire pour cet article


  • Véninov : un nouveau délai pour le repreneur 27 février 2013 à12:54, par FOurs

    et comment se fait l’entretien des machines et du matériel actuellement ? Cela avait été une question l’hiver dernier et des deniers publics avaient été versés à cet effet

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sixième magasin français de l'enseigne

L'ouverture de Primark à la Part-Dieu approche

Après Marseille, la région parisienne (3 magasins) et Dijon, le hard-discounter irlandais du prêt-à-porter (...)
La suite
Ville intelligente

Part-Dieu : un lieu pour tester les applications de demain

Bornes interactives TCL, outil de cartographie 3D ou appli météo collaborative : toutes ces applications peuvent (...)
La suite
Une initiative « qui va décoiffer »

Les CCI de Lyon, Saint-Étienne et Roanne veulent fusionner

Trois des cinq chambres de commerce et d'industrie (CCI) de l'aire métropolitaine lyonnaise ont décidé de (...)
La suite
L'opposition s'insurge

Métro : le ticket désormais plus cher à Lyon qu'à Paris

Le Sytral n'y est pas allé de main morte. Le syndicat mixte qui gère les transports en commun lyonnais a voté (...)
La suite
Rallye des entrepreneurs

Un marathon sportif pour les entrepreneurs lyonnais

Douze épreuves comme les douze travaux d'Hercule sont au programme du premier Rallye des entrepreneurs organisé (...)
La suite
Une arme contre les délocalisations

Rhône-Alpes investit 3,2 millions dans les robots

La France ne compte que 33 600 robots dans ses usines, contre 62 000 en Italie et 162 000 en Allemagne. Plusieurs (...)
La suite
Des impôts en hausse

Le Grand Lyon devra diviser ses investissements par deux

« Le ciel est bleu mais il faut s'attendre à de très gros nuages. » C'est ainsi que Richard Brumm a résumé la (...)
La suite