publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > Société > « L’Angola, ce n’est pas la mairie du 7ème »
Partager : 
Imprimer

Sans-papiers

« L’Angola, ce n’est pas la mairie du 7ème »

Un nouveau procès pour laver l’honneur de Guilherme Hauka Azanga, ce père angolais sans-papiers, qui a résisté à 3 tentatives d’expulsion. Débouté en première instance en octobre dernier, il avait rendez-vous mercredi après-midi à la Cour administrative d’appel de Lyon, pour faire annuler l’Obligation de quitter le territoire français (OQTF), prise par la préfecture.

« Nous allons produire de nouvelles pièces », annonçait Annabelle Billaud, parent d’élève et membre du Réseau éducation sans frontières (RESF). Parmi ces pièces, le certificat de décès de la première femme de Guilherme, ainsi que des attestations de proches confirmant la vie commune qu’il mène avec sa compagne Florence. L’enjeu du procès est toutefois plutôt symbolique. Si Guilherme obtient gain de cause, cela ne lui vaudra pas pour autant d’être régularisé automatiquement. Et s’il perd son procès, l’OQTF dont il fait l’objet arrive de toute façon à échéance le 6 juillet prochain. Quelques jours après le rendu du jugement attendu fin juin.

Débarquant en France en mars 2002, Guilherme Hauka Azanga avait laissé au pays sa première femme et leurs 5 enfants. Arrivé de manière clandestine, il s’est vu refuser ses trois demandes d’asile, la dernière en mars de cette année. Père de 2 enfants nés en France, ses 2 demandes de carte de séjour ont également été rejetées. Lors de l’audience, l’avocat de Guilherme, Maître Laurent Sabatier a insisté sur la réalité des liens, contestés par la préfecture, qui unissent Guilherme à sa compagne et ses enfants. Fournissant des attestations de crèches, médecins, hôpital et foyers, il a accusé la préfecture d’une « certaine mauvaise foi ».

La préfecture, elle, s’est employé à mettre en doute l’authenticité du certificat attestant le décès de sa première femme angolaise, qui serait morte en 2004, en pleine guerre civile. Or, l’avocat n’a pu fournir qu’un fax, l’original du document restant introuvable. Sans compter les problèmes de traduction, le fax ayant été rédigé en portugais, la langue du pays. De plus, le certificat a été établi sur papier à en-tête de la République populaire d’Angola. Or, la mention populaire a été supprimée en 1992, soit 12 ans avant les faits. « Ça fait long », commentait Maître Dominique Schmitt, l’avocate de la préfecture, pour qui ce procès est « d’une banalité redoutable ».

Pour elle, il faut « mettre en balance » les 2 enfants que Guilherme a eu en France, avec les 5 qu’il a laissé en Angola. Parmi eux, 2 ont disparus alors que les 3 autres ont été accueillis par des bonnes sœurs en République démocratique du Congo. Si bien que pour la préfecture, la solution est toute trouvée. La famille n’a qu’à retourner en Afrique, en Angola ou au Congo pour retrouver au passage les 3 enfants restés là-bas, suggérait Maître Schmitt. Pour elle, Guilherme a fait des enfants en France, sachant sa situation précaire. « A lui d’en assumer la responsabilité. »

L’avocat de Guilherme, lui, fait le calcul inverse. Une fois régularisé, le sans-papiers pourra épouser Florence et faire venir tous ses enfants en France. Reste la question du décès de la première femme de Guilherme, lui permettant de se remarier. « L’Angola, ce n’est pas la mairie du 7ème arrondissement de Lyon », fait remarquer Annabelle Billaud, balayant tout doute sur l’authenticité du certificat. Selon elle, le mariage célébré en Angola était de toute façon simplement « coutumier », donc sans valeur légale en France.

Le jugement est attendu dans 3 semaines. D’ici-là, Guilherme Hauka Azanga, absent à l’audience, continuera de vivre caché, « terrorisé », selon ses proches à l’idée de se faire arrêter de nouveau. Car après l’expiration de l’OQTF, rien n’empêche le préfet de prendre un nouvel arrêté. « Mais il peut aussi bien lui accorder des papiers », s’indigne Annabelle. « Quoi qu’il en soit, le 7 juillet au matin nous allons déposer une nouvelle demande. »

Halima et Khafia

D’autres cas de sans-papiers étaient jugés ce même jour. Comme celui de Halima Benaïssa pour qui c’était le premier passage devant le Tribunal administratif. Pour échapper à un mari violent, cette Algérienne était arrivée en France avec sa fille Khafia il y a plus de 8 ans. Sans papiers, elle est tombée mercredi dernier dans les filets de la police, lors d’une descente au foyer de Corbas, où elle rendait visite à une amie. Placée en garde à vue, elle a été libérée 5 heures plus tard, suite à l’intervention de RESF. « Je ne veut pas être ici (au tribunal, ndlr), je veux être comme mes copines », s’écrie Khafia, scolarisée en 5ème au collège Ampère (Lyon 2ème). Des copines qui s’étaient largement mobilisées devant le tribunal. Sous le coup d’un arrêté préfectoral de reconduite à la frontière, elles devraient être fixées sur leur sort sous 24h.

Photos : © lyon-info.fr

Publié le : mercredi 9 juin 2010, par Michael Augustin

Réagir : 

Galerie photos (5 photos). Cliquez sur une image pour ouvrir le diaporama.



Commenter :


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Maladies rares

Meyzieu : elle pleure des larmes de sang, le calvaire d'une ado

« Je ne voyais plus rien. Autour de moi, tout le monde criait ! ». Un jour d'octobre 2015, la vie d'Anissa (...)
La suite
Hommages spontanés aux victimes

Lyon en deuil

Des centaines de Lyonnais sont descendus dans la rue, pour rendre hommage aux quelque 130 morts et 350 blessés dans (...)
La suite
Des lunettes spéciales nécessaires

Éclipse solaire : attention aux yeux !

Ce vendredi 20 mars, une éclipse partielle du soleil sera visible en France. Les autorités mettent en garde contre « (...)
La suite
#noussommescharlie

Manifestation historique à Lyon pour la liberté d'expression

C'était la plus importante manifestation que Lyon n'ait jamais vue. Au moins 300 000 personnes, selon la (...)
La suite
Face à l'horreur

Charlie Hebdo : recueillement et indignation à Lyon

Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées mercredi soir place des Terreaux à l'appel du Club de la (...)
La suite
Fêtes

Est-ce que le Père Noël existe ?

En 1897, la petite Virginia, une New-Yorkaise de 8 ans voulait en avoir le cœur net. Alors, elle a écrit au journal (...)
La suite
Bilan 2013

Pauvreté : le Secours catholique lance un appel au président

« Les personnes faisant appel au Secours catholique du Rhône sont de plus en plus nombreuses et de plus en plus (...)
La suite