publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > Société > Les prostituées veulent exercer le métier qu’elles ont choisi
Partager : 
Imprimer

Manifestation devant la préfecture

Les prostituées veulent exercer le métier qu’elles ont choisi

Elles sont en colère et elles le font savoir. Une cinquantaine de prostituées ont manifesté jeudi à Lyon pour dénoncer le « harcèlement policier » dont elles se disent victimes. « Nous ne sommes pas des déchets qu’il faut évacuer, nous sommes des personnes qui exercent un métier que nous avons choisi », a lancé Karen, l’une des porte-paroles du mouvement, à l’attention des policiers et élus.

« La prostitution n’est pas illégale en France », rappelle Florence Garcia, la présidente de l’association Cabiria. Or, depuis cet été, les autorités lyonnaises ont mis une « grosse pression » sur les prostituées exerçant dans la ville. « La police passe trois fois par jour », s’insurge Sylvie, une prostituée lyonnaise de 30 ans de métier. A Gerland, où se trouvent de nombreuses camionnettes, les PV pleuvent : 35 euros pour stationnement gênant auxquels peuvent s’ajouter 136 euros s’il faut récupérer le véhicule à la fourrière. « On se prend deux à trois PV par semaine », s’indigne Sylvie.

Sans compter que la surveillance policière fait fuir les clients. « A cause des contrôles à répétition, les femmes doivent se déplacer en permanence, et la présence des policiers fait peur », se désole Florence Garcia. « Depuis juin, j’ai perdu 50% de mon chiffre d’affaires », déplore Aïda, une autre travailleuse du sexe du quartier de Gerland.

Pour l’association Cabiria, c’est également tout le travail de prévention mené auprès des prostituées qui est en danger. « Si elles se réfugient dans des appartements ou se dispersent au fin fond de la campagne, nous ne pourrons plus les suivre. » Elle craint alors une recrudescence des infections HIV. « Il faut que les personnes qui ont choisi ce métier puissent l’exercer en sécurité », clame la présidente. Pour elle, les travailleuses du sexe ont déjà fait un effort, en s’installant « dans des lieux où il y a des entreprises, loin des habitations, écoles et églises. »

« Vous couchez avec nous, vous votez contre nous », pouvait-on entendre dans le cortège qui a marché de la place Jean Macé à la préfecture. Une délégation a été reçue par le directeur du cabinet du préfet.

Toutes les photos de la manifestation sont sur www.flickr.com

Photo : © Michael Augustin

Publié le : jeudi 29 septembre 2011, par Michael Augustin

Réagir : 

 


Commenter :


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Maladies rares

Meyzieu : elle pleure des larmes de sang, le calvaire d'une ado

« Je ne voyais plus rien. Autour de moi, tout le monde criait ! ». Un jour d'octobre 2015, la vie d'Anissa (...)
La suite
Hommages spontanés aux victimes

Lyon en deuil

Des centaines de Lyonnais sont descendus dans la rue, pour rendre hommage aux quelque 130 morts et 350 blessés dans (...)
La suite
Des lunettes spéciales nécessaires

Éclipse solaire : attention aux yeux !

Ce vendredi 20 mars, une éclipse partielle du soleil sera visible en France. Les autorités mettent en garde contre « (...)
La suite
#noussommescharlie

Manifestation historique à Lyon pour la liberté d'expression

C'était la plus importante manifestation que Lyon n'ait jamais vue. Au moins 300 000 personnes, selon la (...)
La suite
Face à l'horreur

Charlie Hebdo : recueillement et indignation à Lyon

Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées mercredi soir place des Terreaux à l'appel du Club de la (...)
La suite
Fêtes

Est-ce que le Père Noël existe ?

En 1897, la petite Virginia, une New-Yorkaise de 8 ans voulait en avoir le cœur net. Alors, elle a écrit au journal (...)
La suite
Bilan 2013

Pauvreté : le Secours catholique lance un appel au président

« Les personnes faisant appel au Secours catholique du Rhône sont de plus en plus nombreuses et de plus en plus (...)
La suite