publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > Société > Fête des lumières : la magie n’y est (presque) plus
Partager : 
Imprimer

Circulez, y a pas grand chose à voir

Fête des lumières : la magie n’y est (presque) plus

Dur, dur de s’enflammer cette année pour le Fête des lumières, tellement la 13ème édition manque de peps. Flipper, phare urbain ou chevauchée nocturne, nombreux sont les projets sans âme ni magie. Une édition à oublier d’urgence.

« Je trouve ça beau, tu vois, mais je ne serais pas venue de loin pour le voir », expliquait jeudi soir une adolescente à son copain, arpentant la rue de la Ré. Un bon résumé de cette 13ème édition de la Fête des lumières. S’il est effectivement toujours aussi plaisant de se promener entre les 70 installations (en comptant les guirlandes de Noël), peu de projets parviendront à marquer les esprits.

Certaines œuvres sortent toutefois du lot. Il y a tout d’abord la place Bellecour qui a retrouvé son éclat. Qui se souvient encore de l’Envolée chromatique ou de La nuit au musée ? Plus grand monde. Depuis l’éblouissante boule à neige I love Lyon des années 2007 et 2008, qui orne toujours les couvertures des calendriers et beaux livres consacrés à la fête, la place centrale lyonnaise avait du mal à trouver chaussure à son pied.

Pour qu’elle reprenne des couleurs, la Ville a rappelé Jacques Rival, créateur de... la boule à neige. Jouant à nouveau avec la statue équestre du roi soleil, l’artiste la fait cette fois-ci emporter par un bouquet de ballons géants et atterrir sur un nuage blanc. C’est beau, c’est coloré, un projet phare dans tous les sens du terme.

Autre lieu, autre style : le passage Ménestrier ne désemplissait pas jeudi soir et les iPhone et autres appareils photo ne cessèrent de crépiter pour l’immortaliser. Lui, c’est un éléphant d’Afrique, qui flotte en apesanteur, se dandinant au-dessus de la tête des visiteurs. Entièrement réalisé en images de synthèse, il est bluffant de réalisme. Il aurait juste fallu le poser à terre, pour que l’illusion soit parfaite.

Non loin de là, les Japonais de Fukuno défilent tous les soirs avec leurs chars en papier et bambou entre le quartier Grolée et Bellecour. 5 chars d’une procession qui en compte habituellement 23, pour un spectacle qui finalement ne reflète qu’insuffisamment la splendeur de ce genre de déambulation au pays du soleil levant.

Monplaisir : une valeur sure

Pour retrouver un peu la magie de la Fête des lumières, il faut cette année sortir des chemins battus de la Presqu’île.

Envoutant année après année ce quartier du 8ème grâce à des spectacles rivalisant de poésie, le comité des Fêtes de Monplaisir a encore frappé un grand coup. Déambulle, l’histoire d’un enfant entraîné par Morphée dans le merveilleux monde des songes, a ravi une place Ambroise Courtois pleine comme un œuf.

Interprété par la compagnie Stulugatnuch sur une musique originale de la Québécoise Doba, le spectacle a débuté par une déambulation onirique dans les rues du quartier, avant de trouver son apothéose dans un ballet aérien avec 3 danseuses suspendues à des ballons transparents de 7 m de diamètre, gonflés à l’hélium. Un pure délice, malheureusement programmé le seul soir du 8 décembre.

Au parc de la Tête d’or, l’agence Blueland propose une déambulation lumineuse, faite avec des bouts de ficelle (ou plutôt avec du grillage et quelques réglettes). Le résultat est une promenade onirique narrant l’histoire d’un humain à la recherche de l’anneau de feu pour ramener la lumière sur terre, qui doit affronter géant et dragon pour y parvenir.

Plus intimistes, mais aussi intéressantes, deux installations croix-roussiennes : d’abord une Fiat 500, transformée en aquarium pour poissons rouges mutants, garée sur le boulevard, et Le songe d’une flamme, un ballet enflammé orchestré par le Luna Collectif.

Un autre ballet, celui des tubes de néon de la place de la République, original voire drolatique, vaut aussi le détour.

Puis, un bon point également pour les TCL, généralement débordés par les évènements, qui jeudi soir ont mis les moyens nécessaires pour fluidifier les déplacements.

Les flops

Après avoir glacé, puis brulé la place des Terreaux en 2009, dans un spectacle plus énervant qu’onirique, Marie-Jeanne Gauthé récidive cette année avec une chevauchée carnavalesque, lâchant les chevaux de la fontaine Bartholdi sur les façades de la place (photo). Techniquement léché mais sans âme. Même constat pour la cathédrale Saint-Jean, théâtre d’une succession de tableaux colorés sur fond de chant d’opéra.

Difficile de succéder aux grandioses Perspectives lyriques, qui avaient déconstruit la façade du théâtre des Célestins l’année dernière. Le Flipper urbain projeté cette année ne fait décidément pas le poids. Tout comme le Palais de la bourse censé servir de gigantesque lanterne.

Sans grand intérêt également les feuilles qui s’envolent dans la cour de l’Hôtel de ville ou les yeux qui scrutent les visiteurs de la place Pradel.

Espérons que 2012 permettra à la fête de renouer avec ce qui fit son succès : la magie de la lumière.

Photo : © Michael Augustin

Publié le : vendredi 9 décembre 2011, par Michael Augustin

Réagir : 

 


Commenter :


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

L'image au service de l'intuition

Séminaire : comment rendre le 6ème sens accessible à tous

Une vingtaine d'autres cadres sont venus écouter Christophe Réville qui prône l'intuition comme outil de (...)
La suite
15 000 faits dans le Rhône

Délinquance : le nombre de cambriolages explose

Plus 6% en France, plus 26% dans le Rhône. Le nombre de cambriolages a littéralement explosé dans le département en (...)
La suite
Projet pilote

La Martinière accueille un élève robotisé

Le petit robot devra permettre à des élèves malades de continuer à suivre leurs cours comme s'ils étaient en (...)
La suite
Visite ministérielle aux Buers

Egalité : jouer à la dînette, oui mais pour bricoler

Depuis la rentrée, l'école de Château Gaillard, dans le quartier populaire des Buers, fait partie du projet pilote (...)
La suite
Un coup de pouce du sort

Pourquoi a-t-il fallu un an pour arrêter le violeur du 8ème ?

Pourquoi a-t-il fallu presque 15 mois pour démasquer le serial-violeur ? Retour sur une affaire qui a créé une (...)
La suite
Fêtes

Est-ce que le Père Noël existe ?

En 1897, la petite Virginia, une New-Yorkaise de 8 ans voulait en avoir le cœur net. Alors, elle a écrit au journal (...)
La suite
A l'approche de Noël

Sans-abris : le coup de gueule de Bernard Devert

A l'approche de Noël, le prêtre lyonnais et fondateur d'Habitat et Humanisme fustige l'indifférence face (...)
La suite