publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > Politique > « Les soutiens de Ségolène Royal, ce sont les Français »
Partager : 
Imprimer

La candidate sera à Lyon lundi et mardi

« Les soutiens de Ségolène Royal, ce sont les Français »

« Courage, combativité, capacité d’écoute, parler vrai », les soutiens rhônalpins de Ségolène Royal n’ont pas tari d’éloges sur la candidate à la primaire socialiste. Avant le déplacement de leur championne dans le Rhône, ils ont tenu à afficher leur foi en la capacité de l’ex-candidate à la présidentielle de remporter le scrutin. Et tant pis si les sondages ne sont pas au beau fixe, le comité de soutien Rhône-Alpes y croit.

Ils étaient 10, mercredi matin au siège du Parti socialiste du Rhône. Des inconnus, élus locaux pour la plupart, rassemblés autour du président de région Jean-Jack Queyranne et Najat Belkacem, la porte-parole nationale de Ségolène Royal. Les grands élus, eux, se sont depuis longtemps repartis entre les favoris des sondages François Hollande et Martine Aubry. Qu’à cela ne tienne, « les soutiens de Ségolène Royal, ce sont les gens, les Français », insiste Najat Belkacem, confiante en la popularité de sa candidate. Avant d’ajouter : « Peu importe le nombre d’élus qui vous suivent, ce qui compte, c’est la dynamique populaire. »

Car les primaires ne sont pas réservées aux seuls adhérents du PS. « Une innovation politique », s’enthousiasme Jean-Jack Queyranne. Pour laquelle il souhaite mobiliser le plus de Français possibles. « Le nombre plancher, ce sont 1 millions d’électeurs en France », rappelle le président de région, soit quelques 120 000 Rhônalpins qui devront se déplacer les 9 et 16 octobre, munis de leur carte d’électeur, pour élire le candidat socialiste. « Ce n’est pas quelque chose d’acquis », prévient l’élu. « Il ne faut pas que les primaires soient confisquées par un appareil politique. »

Un appareil politique que les royalistes soupçonnent d’être verrouillé par l’actuelle première secrétaire et son prédécesseur François Hollande. C’est toutefois oublier un peu vite la percée que Ségolène Royal avait réalisée lors du congrès de Reims de novembre 2008, distancée par Martine Aubry de 120 petites voix au terme d’un scrutin fortement entaché de soupçons de fraude. « Une semaine avant le premier tour, Bertrand Delanoë était le grand favori des sondages et Ségolène Royal créditée de seulement 18% », rappelle malicieusement Najat Belkacem.

18%, ça fait toutefois encore 5 points de plus que le score actuel de Ségolène Royal qui oscille entre 11 et 13%. Qu’à cela ne tienne, les soutiens de la présidente de Poitou-Charentes avancent la nouveauté du scrutin. « Les sondages ne peuvent donner que des résultats très aléatoires parce qu’on ne connaît pas le corps électoral », souligne l’ancien ministre Charles Fiterman, un autre fan. « Avec les primaires on est devant un objet politique non identifié. » Une sérénité de façade qui n’a pas empêché la candidate de demander l’interdiction de publier des sondages à moins de 48 heures du premier tour. « Ils peuvent avoir un effet auto-réalisateur », s’inquiète Najat Belkacem.

Pas de quoi atteindre la détermination des soutiens royalistes, qui battent le pavé pour inciter les Français à aller voter pour leur championne. « Ce qui frappe chez Ségolène Royal, c’est sa proximité avec les gens », insiste Jean-Marc Fognini, maire de Belley dans l’Ain. « Je me retrouve dans ce discours vrai. » Un avis partagé par Najat Belkacem : « On se demande si la gauche, à force de parler des gens, n’a pas oublié de parler aux gens. La première qui sait parler aux gens c’est Ségolène Royal. »

Photo : © Michael Augustin

Publié le : mercredi 7 septembre 2011, par Michael Augustin

Réagir : 

 


4 commentaires pour cet article


  • Pour moi, c’est elle : visionnaire, combative, bosseuse, curieuse, rassembleuse, concrète, enthousiaste et même drôle ! Son programme est complet et intelligent, il s’appuie sur des fondations très solides : le pacte présidentiel de 2007 revisité, ses déplacements internationaux, les université participatives, l’expérimentation en Poitou-Charente. Sans oublier évidemment qu’à elle seule, elle a permis au PS de relever la tête en 2007, de revitaliser tout son corpus idéologique, de renouer avec le peuple et de se qualifier pour le 2ème tour des présidentielles. Rien que pour ça, je vote pour elle !

  • C’ est bien vrai:et elle sera la meilleure pour affronter Sarkozy et le battre en mai 2012

  • Les Lobbies qu’elle gêne ont voulu l’éliminer d’abord par le dénigrement et l’injure constants, ensuite par les sondages ! malheureusement pour eux, Les Forces Citoyennes qui appuient Ségolène Royal la rendent plus ferme, plus énergie et plus combative que jamais. elle est la candidate, puis la Présidente de la situation ; elle mérite de gagner d’abord les Primaires socialistes ensuite les Présidentielles.
    Je voterai pour Ségolène Royal et vous ?

  • « Les soutiens de Ségolène Royal, ce sont les Français » 24 septembre 2011 à09:16, par BAH-GAYN Thomas

    Je suis militant socialiste à Tassin (69), membre du bureau de la section et suppléant fédéral Délégué en 2OO7 pour notre candidate Ségolène et souhaite l’être encore .Pour sa campagne qu’elle parle avec conviction et non qu’elle récite son texte Il faut savoir convaincre eviter d’être timide ou en retrait comme au dernier débat
    Je crois en elle car elle est la candidate du peulpe et non des médias

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Parole de militant

De tous les combats, de Chevènement à Mélenchon

Fort d'un engagement riche en rebondissements, James Georges milite aujourd'hui pour la France insoumise et (...)
La suite
Parole de militant

Une enfant des Minguettes marche pour Macron

Cette Vénissianne de 43 ans a été choisie comme suppléante par le député sortant Yves Blein, alors qu'elle ne fait (...)
La suite
Parole de militant

« Ceux qui parlent trop ne font rien »

Adjoint à la mairie de Vénissieux, Abdelhak Fadly ne ménage pas ses forces dans cette campagne législative. Retour sur (...)
La suite
Après 37 ans de carrière politique

L'ancien sénateur communiste Guy Fischer est décédé

Infatigable défenseur des démunis, l'ancien sénateur communiste Guy Fischer s'est éteint samedi 1er novembre (...)
La suite
A partir du 1er janvier 2015

Qui est le Nouveau Rhône ?

Nous sommes le 1er janvier 2015. Si vous habitez Tarare, Villefranche ou Belleville, vous vous réveillez dans un (...)
La suite
La liste identitaire invalidée

Vénissieux : les municipales annulées

Dans un jugement communiqué ce mardi, le tribunal administratif de Lyon a décidé l'annulation des élections (...)
La suite
Rhône

Sénatoriales : l'UMP et le cumul des mandats grands gagnants

L'UMP a enregistré une nette victoire aux sénatoriales dans le Rhône. La liste emmenée par le maire d'Oullins (...)
La suite