publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > Politique > Législatives : 14 circonscriptions, 14 enjeux
Partager : 
Imprimer

Le premier tour a lieu dimanche

Législatives : 14 circonscriptions, 14 enjeux

1 100 976 Rhodaniens sont appelés aux urnes dimanche pour départager 185 candidats. 9 des 14 circonscriptions rhodaniennes sont actuellement à droite, 5 à gauche. Lesquelles pourront basculer ? Passage en revue des enjeux électoraux.

Première circonscription

Comme toutes les circonscriptions lyonnaises, la première est plus que tordue. Elle englobe une partie du 9ème arrondissement, tout le 5ème, la Confluence, un bout du 7ème et un coin du 8ème. Longtemps centriste, elle a été remportée en 2007 par l’UMP Michel Havard qui avait devancé au premier tour la sortante Anne-Marie Comparini et battu au second Thierry Braillard.

Mais voilà, le 6 mai dernier, les électeurs ont placé François Hollande largement en tête (53,98 %). La circo alors ses bras à la gauche si, si... si Gérard Collomb ne faisait pas une fixation sur Philippe Meirieu. L’universitaire et vice-président régional a été investi par le PS et les Verts en vertu de l’accord national entre les deux formations.

Depuis, le maire de Lyon arpente inlassablement les marchés et autres conférences de presse pour pousser son adjoint aux sports Thierry Braillard, qui retente sa chance. La tension entre les deux camps est monté d’un cran vendredi, lorsqu’une vingtaine de soutiens du dissident ont chahuté Benoit Hamon et Cécile Duflot venus soutenir Meirieu.

Outre Michel Havard qui se frotte les mains, la justice aura sans doute du pain sur la planche à l’issue des élections. Thierry Braillard puisant sans vergogne dans la quincaillerie visuelle du PS, il se trouvera sans doute une âme charitable pour estimer que cela nuit à la sincérité du scrutin. Et faire annuler l’élection.

Deuxième circonscription

Rien ne prédestinait le socialiste Pierre-Alain Muet à rafler cette chasse gardée du RPR et de l’UMP, qui a élu d’illustres personnages locaux comme Michel Noir, Henri Chabert et Emmanuel Hamelin. Et pourtant la circonscription a basculé en 2007. Depuis, François Hollande y a obtenu l’un de ses meilleurs scores dans le département (56,97%). De quoi faire passer des nuits plutôt tranquilles au député sortant. D’autant plus que les voix de droite devraient se répartir entre Emmanuel Hamelin (UMP) et le maire du deuxième Denis Broliquier (Lyon divers droite).

Troisième circonscription

C’est la circo des toubibs. Élu depuis 1986, l’urologue et chirurgien UMP Jean-Michel Dubernard a perdu sa place en 2007, battu par le socialiste Jean-Louis Touraine, chirurgien et immunologue. Un temps, une autre blouse blanche était annoncée dans la circonscription en la personne de Nora Berra, avant que l’ancienne secrétaire d’État à la santé ne jette son dévolu sur la quatrième, puis se brouille avec son parti au grand complet. C’est donc Laure Dagorne qui porte les couleurs de l’UMP, une militante de terrain, mais novice à ce stade de la compétition. François Hollande y ayant obtenu 56,18% des voix, on ne peut pas dire que le suspense serait insoutenable dans cette circonscription.

Quatrième circonscription

Après une avalanche de coups de théâtre et autres rebondissements, la situation s’est complètement calmée dans la circonscription la plus huppée de Lyon. D’abord promise au sortant Dominique Perben, elle s’est soudainement trouvée orpheline lorsque l’ancien garde des sceaux a décidé de raccrocher les stylos. Aussitôt sur les rangs, sa suppléante de 2007, Dominique Nachury s’est vue disputer l’investiture par Nora Berra. Une tentative de putsch qui n’était pas du goût de l’UMP locale qui a fait bloc contre l’impénitente.

Écartée, l’élue du 8ème a laissé jusqu’au bout planer le doute sur ses intentions, s’étant même, pour l’occasion, amourachée du Parti radical. Avant de déclarer forfait quelques heures seulement avant la clôture des inscriptions. En revanche, Lyon divers droite a investi l’un de ses jeunes loups : Thierry Mouillac. Après s’être ramassé aux cantonales avec 10,98 %, contre la même Dominique Nachury, l’adjoint au maire du 6ème tentera de gagner en visibilité en vue des municipales de 2014.

A gauche, c’est la jeune star montante Najat Vallaud-Belkacem qui devait porter les couleurs du PS. Après un succès d’estime en 2007 avec 43,43% des voix, elle rêvait de créer la surprise dans cette circonscription solidement ancrée à droite. Or, sa nomination au poste de ministre des droits des femmes a eu raison de ses velléités. Elle a été remplacée au pied levée par la beaucoup moins médiatique nouvelle adjointe à la jeunesse Anne Brugnera. De quoi rassurer encore un peu plus Dominique Nachury.

Cinquième circonscription

Cet aimable coin du département qui comprend Caluire, Neuville-sur-Saône et les Monts d’or n’a pas trop l’habitude de voter à gauche. En 2007, le maire de Caluire Philippe Cochet s’est même offert de luxe de passer au premier tour avec 55,92 %, trois fois plus que sa challenger du PS. Le sortant briguant à nouveau le suffrage des urnes, on peut valablement estimer que son adversaire socialiste ne fera pas plus que de la figuration.

Sixième circonscription

La seule circo qui correspond pile poile à une commune : Villeurbanne. Avec 58,01 % des voix pour François Hollande, la sortante PS Pascale Crozon n’a pas trop de cheveux blancs à se faire. L’UMP a investi sa benjamine au Conseil municipal, Emmanuelle Haziza qui pourra ainsi se faire la main. A surveiller : les scores des Verts et du FN, plutôt en forme aux dernières élections locales.

Septième circonscription

Nous sommes à Bron, Rillieux-la-Pape et Vaulx-en-Velin. Le sortant Jean-Jack Queyranne ne se représente pas et a placé sa protégée et ex suppléante Hélène Geoffroy, contre l’avis de la mairesse de Bron, Annie Guillemot. Mais la guéguerre entre les deux responsables socialistes n’est pas la seule chose qui pourrait pimenter ses élections, puisque le Front de gauche a investi le maire de Vaulx-en-Velin, Bernard Genin et le Front national l’un de ses poids lourds : le secrétaire départemental Christophe Boudot. Marine y avait réalisé 15,32% des voix mais seulement 11,53 des inscrits. Insuffisant pour ce maintenir. Quant à l’UMP, elle investit l’un de ses jeunes espoirs, Yann Compan. Malgré une campagne de terrain, il ne se fait sans doute pas trop d’illusions.

Huitième circonscription

Patrice Verchère est passé au premier tour en 2007 et Nicolas Sarkozy a obtenu 60,85% le 6 mai dernier, dans cette circonscription qui renferme les cantons d’Amplepuis, L’Arbresle, Le Bois-d’Oingt, Écully, Lamure-sur-Azergues, Tarare et Thizy. La conseillère régionale socialiste Sheila McCarron, qui retente sa chance, peut tout au plus espérer d’améliorer son score de 2007 (17,8 %).

Neuvième circonscription

A côté, dans la neuvième, la situation n’est pas bien plus rose pour la gauche, balayée en 2007 au premier tour avec 55,75 % par le maire de Villefranche Bernard Perrut qui se représente. La majorité présidentielle est cette année représentée par l’écologiste Vincent Meyer, qui n’est sans doute pas être en train d’apprendre par cœur les horaires du TGV pour Paris. En revanche, le Front national peut nourrir quelque espoir de jouer au moins les trouble-fête. Marine Le Pen y a réalisé son meilleur score dans le Rhône avec 21,03% et 17,15% des inscrits. Comme il n’en faut que 12,5 pour se maintenir, une triangulaire est en vue.

Dixième circonscription

60,22% pour Nicolas Sarkozy au deuxième tour de la présidentielle, autant dire que la circo est à droite. Christophe Guilloteau pourrait donc retrouver son bureau et son siège au palais Bourbon. Sachant que le Front national pourra se maintenir s’il réédite le score de Marine Le Pen (15,72% des voix).

Onzième circonscription

C’est un peu la première circo (voir plus haut) mais version droite parlementaire. Georges Fenech (UMP) y a été élu en 2002 et 2007. Or, le 27 mars 2008, il a dû démissionner, le Conseil constitutionnel ayant invalidé ses comptes de campagne. Raymond Durand (Nouveau centre), son suppléant, lui a succédé en remportant la législative partielle avec 51,36% des voix.

Sauf que l’impénitent refuse de rendre son siège et se représente. Ajoutez-y le soutien de Michel Mercier apporté à son collègue centriste et vous comprenez l’irritation de Fenech qui, en pleine conférence de presse s’est levé pour scander : « Michel Mercier, go home ! rentre à Thizy ! »

A gauche, la circonscription a été réservée au PRG, qui n’a cependant pas trouvé de candidat. On note ainsi la présence de Guy Palluy, auto-investi et depuis exclu par le PS, et de Jean-Charles Koolhaas. L’écologiste avait fait forte impression aux dernières cantonales où il a failli (à 569 voix près) chiper le siège au vice-président UMP Georges Barriol. Sans oublier le FN qui pourra probablement se maintenir.

Douzième circonscription

L’UMP Michel Terrot, en course pour un septième mandat, ne devrait pas trop avoir de souci à se faire, Nicolas Sarkozy ayant obtenu 53,84%, même si la ville d’Oullins a plébiscité François Hollande.

Treizième circonscription

Droite populaire ou extrême droite, c’est la question dans cette circo qui s’étend sur Décines-Charpieu, Meyzieu et Saint-Priest, la seule dans le Rhône où Nicolas Sarkozy s’est fait doubler par Marine Le Pen.

Philippe Meunier a battu sèchement en 2007 la maire sanpriote et députée sortante Martine David (57,17%). Il faut savoir que cette circo de droite a souvent voté à gauche au bénéfice de triangulaires provoquées par le FN. Sans la présence au second tour d’André Pozzi, la socialiste Farida Boudaoud, en plus handicapée par le dossier du grand stade, ne devrait pas trop se faire d’illusions.

Quatorzième circonscription

En restera-t-il une ? La quatorzième circonscription du Rhône est la seule dans toute la région à avoir encore un député communiste. L’ancien maire de Vénissieux André Gerin y règne sans partage depuis 1993.

Or, le sortant ne se représente pas et c’est donc Michèle Picard, qui lui a succédé à la mairie de Vénissieux, qui devra défendre l’unique fief communiste. Sa tâche aura été compliquée par l’arrivée dans la circonscription de 17 000 Sanpriots, retranchés de la treizième. Un afflux d’électeurs socialistes qui devrait faire le bonheur d’Yves Blein, maire PS du patelin voisin, Feyzin.

Cliquer ici pour la liste complète des candidats dans le Rhône.

Photo : © Michael Augustin

Publié le : samedi 9 juin 2012, par Michael Augustin

Réagir : 

 


Commenter :


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Parole de militant

De tous les combats, de Chevènement à Mélenchon

Fort d'un engagement riche en rebondissements, James Georges milite aujourd'hui pour la France insoumise et (...)
La suite
Parole de militant

Une enfant des Minguettes marche pour Macron

Cette Vénissianne de 43 ans a été choisie comme suppléante par le député sortant Yves Blein, alors qu'elle ne fait (...)
La suite
Parole de militant

« Ceux qui parlent trop ne font rien »

Adjoint à la mairie de Vénissieux, Abdelhak Fadly ne ménage pas ses forces dans cette campagne législative. Retour sur (...)
La suite
Après 37 ans de carrière politique

L'ancien sénateur communiste Guy Fischer est décédé

Infatigable défenseur des démunis, l'ancien sénateur communiste Guy Fischer s'est éteint samedi 1er novembre (...)
La suite
A partir du 1er janvier 2015

Qui est le Nouveau Rhône ?

Nous sommes le 1er janvier 2015. Si vous habitez Tarare, Villefranche ou Belleville, vous vous réveillez dans un (...)
La suite
La liste identitaire invalidée

Vénissieux : les municipales annulées

Dans un jugement communiqué ce mardi, le tribunal administratif de Lyon a décidé l'annulation des élections (...)
La suite
Rhône

Sénatoriales : l'UMP et le cumul des mandats grands gagnants

L'UMP a enregistré une nette victoire aux sénatoriales dans le Rhône. La liste emmenée par le maire d'Oullins (...)
La suite