publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > Société > Jeux de rôle : l’imaginaire à portée de tous
Partager : 
Imprimer

Les tribus de Lyon - épisode 4

Jeux de rôle : l’imaginaire à portée de tous

Difficile d’entrer dans l’univers des rôlistes sans risquer de se perdre tant il est riche. L’archétype du joueur asocial, caché derrière son livre de règles reste assez vivace. Ce cliché reste toutefois à nuancer. Si les joueurs de jeux de rôles classiques sont relativement jeunes, la moyenne d’âge augmente chez les amateurs de jeux de cartes et de stratégie. De manière générale, la complexité des règles offre un nombre de possibilités quasi infini, interdisant toute lassitude chez les aficionados.

« C’est simple : tu prends Godzilla et tu lui fais affronter King Kong ou bien le robot géant de Transformers. C’est génial ! » s’enflamme Jérémy, 22 ans lorsqu’il explique les règles du jeu de figurines Monsterpocalypse. Un profane entrant dans une salle de jeu remplie de rôlistes doit en effet s’attendre à y entendre quelques répliques surréalistes.

Difficile de ne pas sourire en découvrant le jeune homme à la tête d’une armée de dinosaures ou bien de ninjas de l’espace, détruisant une ville miniature. « Je vais ressortir mes martiens tu vas voir ! » lance-t-il dépité à son adversaire du jour après deux défaites. Tout à coup, son téléphone vibre. Sa femme commence à trouver le temps long. Pour Jérémy il est temps de retourner à la réalité.

Pour cet étudiant en musicologie, le jeu de rôle s’avère surtout un bon moyen de décompresser. « J’étais en partiels jusqu’à la semaine dernière alors je me détends un peu. » Il dit ne pas être accro « tant que ça » aux jeux de rôle, même s’il fréquente la salle de jeu de Trollune (25 rue Sébastien Gryphe, Lyon 7ème) de manière assidue. Marié depuis peu, il s’interdit toutefois de dilapider l’argent du ménage en figurines et autres jeux de cartes, même si « parfois ça me démange. »

Un univers de passionnés

Avec des parties pouvant durer plusieurs heures d’affilée, les jeux de rôle se révèlent un loisir très demandeur en temps. Compliqué de s’adonner à sa passion lorsqu’on a un travail à plein temps, a fortiori avec une famille. Charles Trécourt, le propriétaire de Trollune, l’admet volontiers : « entre le magasin et la naissance de mon fils, cela fait bien un an que je n’ai pas joué à quoi que ce soit. »

Autre problème majeur : l’argent. Même si tous les jeux ne sont pas onéreux, certains peuvent demander un investissement considérable. « Entre les figurines, la peinture, les pinceaux et les kits de modélisme, j’avoue que j’ai renoncé à compter à combien revient une armée dans Warhammer 40 000 », explique Yannick, l’un des vendeurs du magasin, « ce n’est clairement pas à la portée de toutes les bourses. »

Cela se constate d’ailleurs en observant les pratiquants de Warhammer, un jeu de bataille fantastique. Plus âgés que la plupart des joueurs, ils apparaissent également plus sérieux. Chaque partie est montée avec un soin extrême, à la mesure du temps et de l’argent passés à collectionner, assembler et peindre chaque figurine. Un véritable travail d’orfèvre.

Moins chères mais tout aussi complexe à jouer, les cartes donnent lieu à des parties endiablées. Là encore, difficile de comprendre les règles sans une connaissance préalable de l’univers dont le jeu est issu. D’autant plus que, fins connaisseurs, les joueurs expérimentés ont en général lu les livres et vu tous les films en rapport avec le jeu.
Chaque partie devient ainsi l’occasion de plaisanteries référentielles. Car plus que le jeu lui-même, les rôlistes veulent tout savoir de l’univers qui lui est rattaché.

Charles a ainsi aménagé un espace librairie dès l’ouverture de Trollune car : « il est essentiel pour moi de proposer tout ce qui peut être en rapport avec l’imaginaire. C’est d’autant plus important de proposer ces livres que beaucoup de jeux sont inspirés d’œuvres littéraires. »

De nombreuses références

Si l’heroic fantasy reste l’univers le plus largement représenté dans les jeux de rôle, d’autres références ont fait leur apparition au fil du temps et des modes. La littérature d’horreur a ainsi servi de modèle à bon nombre de jeux dont le plus célèbre reste l’Appel de Cthulhu qui célèbre ses 30 ans cette année. Ce dernier est inspiré de l’œuvre de l’écrivain américain H.P. Lovecraft. Dans le même registre, Vampire la masquerade compile les acquis de toute la littérature vampirique du XXe siècle.

La science-fiction n’est pas en reste avec la série des Warhammer 40000. Ce jeu de figurines depuis décliné en jeu de rôle classique offre aux participants de créer leur propre armée d’extraterrestres et de conquérir un empire galactique.

La référence du genre pour le grand public reste toutefois Donjons & Dragons, créé dans les années 70 par E. Gary Gygax et Dave Arneson. Le jeu propose aux participants d’incarner un personnage, combattant, magicien ou clerc, luttant contre des monstres dans un univers médiéval fantastique. Il est adapté de jeux de simulations de bataille (ou wargames), très populaires aux États-Unis dans les années 70. Donjons & Dragons était le premier jeu commercialisé sous le nom de jeu de rôle et ses règles servent encore de base pour les systèmes de jeu actuels.

Lire aussi :

- Végétaliens : « On n’est pas des bouffeurs de carottes »
- La Scientologie, une entreprise ultra profitable
- Mormons : prosélytes et bons samaritains
- Témoins de Jéhovah : des « promoteurs de la bonne parole »
- Osez Le Féminisme, génération 2011
- La naturopathie, une médecine douce en vogue
- Médiévistes : mi-historiens, mi-combattants
- Lyon, paradis des libertins
- Lyon, terre d’occulte
- Vive Le Roy !

Photo : © Eve Renaudin

Publié le : samedi 6 août 2011, par Eve Renaudin

Réagir : 

 


2 commentaires pour cet article


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Maladies rares

Meyzieu : elle pleure des larmes de sang, le calvaire d'une ado

« Je ne voyais plus rien. Autour de moi, tout le monde criait ! ». Un jour d'octobre 2015, la vie d'Anissa (...)
La suite
Hommages spontanés aux victimes

Lyon en deuil

Des centaines de Lyonnais sont descendus dans la rue, pour rendre hommage aux quelque 130 morts et 350 blessés dans (...)
La suite
Des lunettes spéciales nécessaires

Éclipse solaire : attention aux yeux !

Ce vendredi 20 mars, une éclipse partielle du soleil sera visible en France. Les autorités mettent en garde contre « (...)
La suite
#noussommescharlie

Manifestation historique à Lyon pour la liberté d'expression

C'était la plus importante manifestation que Lyon n'ait jamais vue. Au moins 300 000 personnes, selon la (...)
La suite
Face à l'horreur

Charlie Hebdo : recueillement et indignation à Lyon

Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées mercredi soir place des Terreaux à l'appel du Club de la (...)
La suite
Fêtes

Est-ce que le Père Noël existe ?

En 1897, la petite Virginia, une New-Yorkaise de 8 ans voulait en avoir le cœur net. Alors, elle a écrit au journal (...)
La suite
Bilan 2013

Pauvreté : le Secours catholique lance un appel au président

« Les personnes faisant appel au Secours catholique du Rhône sont de plus en plus nombreuses et de plus en plus (...)
La suite