publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > Société > Végétaliens : « On n’est pas des bouffeurs de carottes »
Partager : 
Imprimer

Les tribus de Lyon - épisode 1

Végétaliens : « On n’est pas des bouffeurs de carottes »

Ils ne mangent aucun produit d’origine animale. Sans véritable point de chute à Lyon, les végétaliens sont difficile à quantifier. Comment font-ils ? Quelles sont leurs motivations, leurs revendications ? Rencontre avec Catherine, une végétalienne lyonnaise. Avec son compagnon, elle a franchi le cap il y a trois ans, après avoir visionné une vidéo sur les conditions d’abattage des animaux. Avant, la jeune femme de 32 ans mangeait de tout, bien qu’étant déjà sensible à la condition animale.

Végétarien, végétalien, vegan, on se mélange un peu les pinceaux dans les appellations. Le végétarien boude seulement la viande et le poisson, tandis que le végétalien récuse également les œufs, produits laitiers... Encore plus radical, le veganisme s’élève contre toute forme d’exploitation animale notamment en ce qui concerne l’habillement ou encore les tests de cosmétiques sur les animaux.

Pas touche aux animaux

« Ma motivation première concerne la souffrance animale et leurs conditions de vie et de mort », souligne Catherine. « Ce sont des êtres sensibles et les chiffres sont énormes. » Un milliard d’animaux sont tués par an en France, selon elle, et 90% des animaux sont abattus de manière industrielle. « En plus, tous ces aliments ne sont pas obligatoires pour survivre », martèle la jeune femme.

« Être végétalien n’est pas mauvais pour la santé, à condition de manger varié et équilibré. Toutes les vitamines se retrouvent dans l’alimentation végétalienne », assure Catherine, ajoutant que « le corps humain ne doit pas consommer plus de 15% de protéines par jour. » Des protéines qu’elle trouve, entre autres, dans le tofu, les lentilles ou encore les bananes. Pour le calcium, même son de cloche, il y a des substituts au lait comme le soja, les fruits secs ou les oranges.

Ne pas manger de chair animale, facile à comprendre. Mais pourquoi ne pas manger d’œufs et de produits laitiers ? Dans les deux cas, les animaux souffriraient. « Au départ, il y a 50% de mâles et 50% de femelles parmi les poussins, mais les mâles sont broyés vivants parce qu’ils ne sont d’aucune utilité pour les œufs », déplore la jeune femme. Et pour le lait ? « Pour qu’une vache ait du lait, il faut qu’elle soit en gestation. Chaque année, elles subissent des inséminations artificielles. A sa naissance, le veau est séparé de sa mère puis abattu. Même chose pour la mère, lorsqu’elle devient trop vieille, elle est tuée », explique Catherine.

Pas facile pourtant d’être végétalien à Lyon, surtout lorsque l’on veut se faire un restaurant entre amis. « J’essaie d’éviter au max mais on ne peut pas être 100 % végan en France. On est parfois obligé de faire quelques entorses : manger des œufs ou du fromage », confie Catherine. Mais « les contraintes contrebalancent les convictions ».
Ce qui est sûr c’est que Catherine ne supporte plus voir les végétaliens qualifiés de « bouffeurs de carottes », ajoutant que « l’on peut manger bien et bon » tout en étant végétalien. « Végétalien n’est pas égal fada ».

Du militantisme pour sauver le monde

Lors de la création de l’association Respect Animal, à Lyon, en 2010, Catherine est l’une des premières à la rejoindre. L’organisation ne compte qu’une dizaine de membres, végétariens ou végétaliens. Leur cheval de bataille : la vivisection et le végétarisme. Fidèles à leur cause, ils ont quasiment tous une alimentation éthique en adéquation avec ce qu’ils défendent. Leurs actions : le tractage, les stands d’information et aussi la veggie pride, une manifestation qui a lieu tous les ans au printemps, offrant une visibilité aux personnes qui refusent l’exploitation animale.

Et si l’on devenait tous végétaliens ? « On pourrait vaincre la faim dans le monde », assure Catherine. « On utilise 10 fois plus d’eau pour 1 kilo de bœuf que pour 1 kilo de blé et il faut 10 kilos de végétaux pour produire 1 kilo de viande », calcule la végétalienne. Et sauver le monde du réchauffement climatique ? Le végétalisme y contribuerait. Pour preuve, Catherine cite un rapport de la FAO (l’Organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture) montrant que l’élevage bovin produit davantage de gaz à effets de serre que l’ensemble des véhicules.

Lire aussi :

- La Scientologie, une entreprise ultra profitable
- Mormons : prosélytes et bons samaritains
- Jeux de rôle : l’imaginaire à portée de tous
- Témoins de Jéhovah : des « promoteurs de la bonne parole »
- Osez Le Féminisme, génération 2011
- La naturopathie, une médecine douce en vogue
- Médiévistes : mi-historiens, mi-combattants
- Lyon, paradis des libertins
- Lyon, terre d’occulte
- Vive Le Roy !

Photo : DR

Publié le : mercredi 3 août 2011, par Natacha Verpillot

Réagir : 

 


10 commentaires pour cet article


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Maladies rares

Meyzieu : elle pleure des larmes de sang, le calvaire d'une ado

« Je ne voyais plus rien. Autour de moi, tout le monde criait ! ». Un jour d'octobre 2015, la vie d'Anissa (...)
La suite
Hommages spontanés aux victimes

Lyon en deuil

Des centaines de Lyonnais sont descendus dans la rue, pour rendre hommage aux quelque 130 morts et 350 blessés dans (...)
La suite
Des lunettes spéciales nécessaires

Éclipse solaire : attention aux yeux !

Ce vendredi 20 mars, une éclipse partielle du soleil sera visible en France. Les autorités mettent en garde contre « (...)
La suite
#noussommescharlie

Manifestation historique à Lyon pour la liberté d'expression

C'était la plus importante manifestation que Lyon n'ait jamais vue. Au moins 300 000 personnes, selon la (...)
La suite
Face à l'horreur

Charlie Hebdo : recueillement et indignation à Lyon

Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées mercredi soir place des Terreaux à l'appel du Club de la (...)
La suite
Fêtes

Est-ce que le Père Noël existe ?

En 1897, la petite Virginia, une New-Yorkaise de 8 ans voulait en avoir le cœur net. Alors, elle a écrit au journal (...)
La suite
Bilan 2013

Pauvreté : le Secours catholique lance un appel au président

« Les personnes faisant appel au Secours catholique du Rhône sont de plus en plus nombreuses et de plus en plus (...)
La suite