publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > Société > Osez Le Féminisme, génération 2011
Partager : 
Imprimer

Les tribus de Lyon - épisode 6

Osez Le Féminisme, génération 2011

Terminé le temps du slogan « Un enfant si je veux, quand je veux » et des revendications d’égalité hommes/femmes face à la loi, c’est chose faite. Les féministes ont été renvoyées au statut de vieilles folles archaïques et ringardes. Pourtant, depuis quelques années, le mouvement connait un nouvel essor. Des associations comme Osez Le Féminisme refont surface dans la sphère publique. L’essor de cette nouvelle génération se propage dans de nombreuses villes et Lyon ne fait pas exception. Retour sur ces jeunes militantes qui croient en l’urgence de faire renaître le mouvement.

L’ambition de Osez le Féminisme, réseau lancé en 2009 en France et en 2010 à Lyon, est de taille : « Les institutions ont changé, on a obtenu l’égalité face à la loi. Mais, il faut encore changer les mentalités », explique Rachel Guimbaud, jeune femme moderne et membre du réseau. Très différente du stéréotype de la féministe androgyne poilue aux cheveux courts.

Ce qu’OLF déplore ? « Les inégalités enracinées dans le système patriarcal », dixit le manifeste du réseau. Des distinctions qui seraient innées entre les femmes et les hommes : La femme doit être douce, capricieuse et émotionnelle, tandis que l’homme représente la virilité, le courage et la force. Dans cette distribution des rôles, la femme est en position de faiblesse face aux chromosomes XY. Plus concrètement, un sexisme ordinaire, plus subtil et plus discret qu’auparavant, mais « toujours aussi présent et aussi violent », selon Rachel. Un combat qui leur semble plus que jamais d’actualité.

Une longue histoire

Pourtant, les principes féministes datent et semblent être particulièrement répandus dans les sociétés occidentales. C’est vers la fin du XIXème siècle que débute la première vague de féminisme, notamment grâce aux idées des Lumières. Elle prône la réforme des institutions pour la reconnaissance de l’égalité entre les deux sexes.

Le mouvement atteint son apogée dans les années 60, soutenu principalement par les étudiants. Les jeunes filles dénoncent la domination masculine et prêchent l’émancipation de la femme au moyen d’opérations provocatrices. Leurs idées ont fait du chemin : depuis le droit de vote accordé aux femmes en 1944 jusqu’à la dépénalisation de l’avortement et le divorce par consentement mutuel en 1975.

OLF poursuit la ligne de conduite de leurs aînées. « Oppression, domination, système patriarcal » font toujours partie du lexique féministe. Néanmoins, le réseau donne un souffle nouveau à un mouvement qui a sévèrement pâti des extrémismes des années 90 et début 2000 et de leurs divisions idéologiques. Une mort lente à laquelle s’ajoute la loi sur la parité, qui leur a volé la vedette et leur raison d’être. Désormais, les féministes se coltinent une image ringarde. OLF tourne la page et surfe sur une nouvelle vague, pour apporter une nouvelle crédibilité.

Le renouveau

L’engagement est idéologique et politique, mais le projet s’ancre dans la réalité du terrain. Les chiffres frappants avancés par les membres d’OLF parlent d’eux-mêmes et font office d’arguments : « Les salaires des femmes sont en moyenne 27% inférieurs à celui des hommes, 80% des tâches ménagères sont faites par les femmes et 75 000 femmes sont violées tous les ans en France », souligne Rachel.

Pour OLF, le temps de la féministe castratrice, qui cultive la haine de l’homme et promeut l’inversion de la domination en faveur des femmes est révolu. Ces féministes nouvelle génération prônent plutôt la mixité. L’association compte même quelques hommes dans ses rangs. En termes de sexisme, les femmes ne sont pas épargnées d’ailleurs : « le plus étonnant, c’est que les stéréotypes sur la femme, ce sont les femmes elles-mêmes qui les perpétuent », s’irrite Rachel. Elle déplore qu’aujourd’hui encore, beaucoup croient à une nature propre à la femme et à l’homme qui justifierait des fonctions différentes et inégales.

Pour convaincre, les armes de OLF sont diverses. La bataille gagnée contre les institutions, les féministes s’attaquent désormais au sexisme de la vie quotidienne. Elles investissent l’espace public. Sur la Place des Terreaux, dans les festivals, elles tiennent des stands pour informer les passants : « il faut convaincre que le féminisme est encore d’actualité », explique Rachel. A Noël, elles sillonnent les rues commerçantes pour sensibiliser les acheteurs, surtout les mères de famille, des stéréotypes perpétrés par les jouets pour enfants.

En juin, OLF a lancé l’opération coup de poing « Osez le Clito », pour faire connaître cet organe oublié et pourtant primordial dans le plaisir féminin. Les murs de Lyon ont été placardés d’affiches de clitoris avec l’enseigne « instigateur de plaisirs ». Une formule humoristique pour mettre en exergue le désir sexuel, que les femmes n’hésitent plus à revendiquer.

Féminisme 2.0

Enfin, le réseau profite des nouveaux médias et inaugure le féminisme 2.0. Elles s’approprient la toile, un moyen de propagation des idées auquel n’avaient pas accès les générations précédentes. OLF dispose d’un site, d’un blog, d’une page Facebook, d’un Twitter, en adéquation avec son époque. Le réseau a lancé un nouveau concept, Vie de Meuf, un Vie de Merde bis, réservé aux anecdotes du sexisme ordinaire. Un blog participatif misant sur l’humour pour plus d’efficacité.

Pour compléter la démarche, OLF compte bien participer aux prochaines élections présidentielles : « 2012 ne se fera pas sans nous ! », scande le réseau. Dix mesures phares sont proposées aux politiques pour compléter leur démarche. Des idées aussi concrètes qu’une meilleure éducation sexuelle ou l’ouverture de nouvelles crèches pour permettre l’égalité professionnelle.

Lire aussi :

- Végétaliens : « On n’est pas des bouffeurs de carottes »
- La Scientologie, une entreprise ultra profitable
- Mormons : prosélytes et bons samaritains
- Jeux de rôle : l’imaginaire à portée de tous
- Témoins de Jéhovah : des « promoteurs de la bonne parole »
- La naturopathie, une médecine douce en vogue
- Médiévistes : mi-historiens, mi-combattants
- Lyon, paradis des libertins
- Lyon, terre d’occulte
- Vive Le Roy !

Photo : DR

Publié le : lundi 8 août 2011, par Tony Truand

Réagir : 

 


1 commentaire pour cet article


  • Dans les années 80 ,faire garder son enfant pour avoir une vie professionnelle relevait du parcours "du combattant "

    En 2011 rien N’A CHANGE
    Le parcours est tout aussi difficile

    Aucune volonte politique réelle

    Pourtant les femmes doivent etre en mesure d’assumer leur vie et celle de leurs enfants...De cotiser pour leur retraite...

    Et le sexisme dans la plupart des entreprises grandit.
    les "filles" font des études dans des domaines plus Masculins mais à capacité égales,salaires plus faibles et priorité à leur AMI..."mademoiselle, vous n’aurez pas le poste car vous avez votre AMI dans la société !!!

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Maladies rares

Meyzieu : elle pleure des larmes de sang, le calvaire d'une ado

« Je ne voyais plus rien. Autour de moi, tout le monde criait ! ». Un jour d'octobre 2015, la vie d'Anissa (...)
La suite
Hommages spontanés aux victimes

Lyon en deuil

Des centaines de Lyonnais sont descendus dans la rue, pour rendre hommage aux quelque 130 morts et 350 blessés dans (...)
La suite
Des lunettes spéciales nécessaires

Éclipse solaire : attention aux yeux !

Ce vendredi 20 mars, une éclipse partielle du soleil sera visible en France. Les autorités mettent en garde contre « (...)
La suite
#noussommescharlie

Manifestation historique à Lyon pour la liberté d'expression

C'était la plus importante manifestation que Lyon n'ait jamais vue. Au moins 300 000 personnes, selon la (...)
La suite
Face à l'horreur

Charlie Hebdo : recueillement et indignation à Lyon

Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées mercredi soir place des Terreaux à l'appel du Club de la (...)
La suite
Fêtes

Est-ce que le Père Noël existe ?

En 1897, la petite Virginia, une New-Yorkaise de 8 ans voulait en avoir le cœur net. Alors, elle a écrit au journal (...)
La suite
Bilan 2013

Pauvreté : le Secours catholique lance un appel au président

« Les personnes faisant appel au Secours catholique du Rhône sont de plus en plus nombreuses et de plus en plus (...)
La suite