publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > Société > La naturopathie, une médecine douce en vogue
Partager : 
Imprimer

Les tribus de Lyon - épisode 7

La naturopathie, une médecine douce en vogue

Contrairement aux idées reçues, le naturopathe ne prétend ni être médecin, ni guérir. Ces adeptes des méthodes traditionnelles se définissent comme des conseillers en santé naturelle et affirment participer à l’amélioration du capital santé de leurs patients par les plantes, la relaxation ou encore la réflexologie. Face à des maux liés au stress et au mode de vie, les Français se tournent vers ces médecines alternatives en quête de bien-être. L’OMS estime que 75% des Français ont déjà fait appel à des médecines alternatives. Rencontre avec Bernadette Blache, naturopathe croix-roussienne.

La naturopathie reste encore une médecine douce peu connue en France mais qui a le vent en poupe au même titre que les autres thérapies alternatives. A Lyon, ils sont plus d’une cinquantaine à exercer cette pratique. Reconnue comme médecine traditionnelle par l’OMS, elle n’est toujours pas reconnue comme profession par les autorités françaises.

Tâter le terrain pour une meilleure santé

La naturopathie, c’est un peu « la version occidentale de la médecine chinoise », explique Bernadette Blache, naturopathe depuis quatre ans. Plus qu’une médecine, c’est une philosophie qui favorise la stimulation des mécanismes naturels d’autoguérison du corps. En d’autres termes, à l’instar de la médecine chinoise, elle s’intéresse au patient dans sa globalité.

« Le but, c’est d’agir sur le terrain de santé d’une personne, sur sa physiologie propre », explique la naturopathe. La séance dure environ une heure et demie et coûte une cinquantaine d’euros. Au cours de la consultation, l’hygiène de vie de la personne est passée au crible : l’alimentation, l’activité physique, l’état psychologique et même les antécédents familiaux. L’objectif : évaluer le capital santé de la personne et en vue de le rééquilibrer.

Pour ces praticiens, les maladies sont, dans la majorité des cas, dues à une mauvaise hygiène de vie. Le naturopathe use de multiples méthodes naturelles pour prévenir ou faire disparaître les symptômes d’une maladie : réglage alimentaire, phytothérapie, techniques de gestion du stress, massages et réflexologie, homéopathie etc. En recourant à ces techniques, les naturopathes entendent prévenir les maladies mais aussi en finir avec des dérèglements tels que le stress, la déprime, les allergies, les maux de têtes ou encore les troubles digestifs.

Tous types de personnes viennent consulter, même si les femmes sont davantage friandes de ce genre de pratiques. La fatigue, la déprime et les troubles digestifs sont les motifs de visite les plus fréquemment évoqués. De même, les femmes en périodes de ménopauses ont souvent recours aux médecines douces. Les parents amènent aussi volontiers leurs enfants chez ce genre de spécialistes pour des allergies ou des désordres alimentaires, entre autres.

Les naturopathes, pas si anti-médoc que ça

Anti-médicaments, les naturopathes ? Pas forcément. En revanche, leur approche vise clairement à diminuer le recours aux traitements conventionnels. Pour certains dysfonctionnements tels le stress et l’insomnie, ils les rejettent carrément. « Nous ne sommes pas complètement anti-médicament mais on favorise les plantes », assure Bernadette Blache, persuadée qu’en apportant des alternatives naturelles, une baisse de la consommation de médicaments est possible.

Des propos paradoxaux puisqu’elle explique que « les antibiotiques tuent la vie ». Elle se décharge cependant affirmant qu’elle ne demandera jamais, du moins explicitement, à un patient d’arrêter ses médicaments, mais qu’elle les aidera à « limiter les effets secondaires ou à reprendre des forces en cas de prise d’un traitement lourd ». La naturopathe prône, d’ailleurs, la complémentarité des médecines. « Par exemple, si une personne souffre de dépression, je lui conseillerais de voir un psychologue en parallèle », raconte la conseillère.

La plupart des personnes ayant recours à ce genre de soins sont aussi suivis par des médecins conventionnels parce que la naturopathie ne se substitue en rien à une médecine classique. D’autant plus qu’il existe très peu de preuves de l’efficacité de ces traitements alternatifs.

Gare aux charlatans !

Les spécialistes de la médecine douce sont-ils des charlatans ? « Pas plus qu’ailleurs », répond Bernadette Blache. « On met tout le monde dans le même panier ! Certains sont des charlatans, oui. Ils exploitent la misère humaine », s’indigne la praticienne, déplorant que ces gourous fassent du tort à la profession. Problème, il est possible de monter son cabinet de naturopathie sans avoir fait un cursus complet.

Afin de défendre sa science, la naturopathe donne quelques clés pour détecter les bons des mauvais : « Il est indispensable de se renseigner sur la formation qu’il a suivi et vérifier si l’école est reconnue par la Fédération française de naturopathie ». A noter cependant que la profession n’est, à ce jour, toujours pas réglementée en France et donc que son exercice est libre. Néanmoins, le naturopathe, n’étant en aucun cas un médecin, il ne peut poser un diagnostic ou faire une ordonnance.

Lire aussi :

- Végétaliens : « On n’est pas des bouffeurs de carottes »
- La Scientologie, une entreprise ultra profitable
- Mormons : prosélytes et bons samaritains
- Jeux de rôle : l’imaginaire à portée de tous
- Témoins de Jéhovah : des « promoteurs de la bonne parole »
- Osez Le Féminisme, génération 2011
- Médiévistes : mi-historiens, mi-combattants
- Lyon, paradis des libertins
- Lyon, terre d’occulte
- Vive Le Roy !

Photo : DR

Publié le : mardi 9 août 2011, par Natacha Verpillot

Réagir : 

 


Commenter :


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Maladies rares

Meyzieu : elle pleure des larmes de sang, le calvaire d'une ado

« Je ne voyais plus rien. Autour de moi, tout le monde criait ! ». Un jour d'octobre 2015, la vie d'Anissa (...)
La suite
Hommages spontanés aux victimes

Lyon en deuil

Des centaines de Lyonnais sont descendus dans la rue, pour rendre hommage aux quelque 130 morts et 350 blessés dans (...)
La suite
Des lunettes spéciales nécessaires

Éclipse solaire : attention aux yeux !

Ce vendredi 20 mars, une éclipse partielle du soleil sera visible en France. Les autorités mettent en garde contre « (...)
La suite
#noussommescharlie

Manifestation historique à Lyon pour la liberté d'expression

C'était la plus importante manifestation que Lyon n'ait jamais vue. Au moins 300 000 personnes, selon la (...)
La suite
Face à l'horreur

Charlie Hebdo : recueillement et indignation à Lyon

Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées mercredi soir place des Terreaux à l'appel du Club de la (...)
La suite
Fêtes

Est-ce que le Père Noël existe ?

En 1897, la petite Virginia, une New-Yorkaise de 8 ans voulait en avoir le cœur net. Alors, elle a écrit au journal (...)
La suite
Bilan 2013

Pauvreté : le Secours catholique lance un appel au président

« Les personnes faisant appel au Secours catholique du Rhône sont de plus en plus nombreuses et de plus en plus (...)
La suite